Le Jetro baisse le rideau à Lyon

Dominique Largeron

Cette antenne du prestigieux Miti japonais avait pour but de favoriser le développement économique avec le Japon, donc les investissements japonais en Rhône-Alpes où sont  désormais installées une centaine d'entreprises nippones. Elle est d'ores et déjà rapatriée à Paris.

 Le Jetro baisse le rideau à Lyon

La crise est décidément en train de détricoter les symboles qui font (faisaient ?) de Lyon une métropole au caractère international de plus en plus affirmé. Après la suspension et les risques de fermeture définitive du vol Lyon-New York de Delta Airlines au départ de Lyon-Saint- Exupéry, c'est au tour du Jetro d'annoncer son départ de la capitale des Gaules.
Son arrivée, en 1994, avait été justement saluée comme une étape importante de l'installation de Lyon comme ville développant un statut international.

Installée place Louis Pradel et employant trois personnes sous la responsabilité de son directeur général, Sumihiko Seto, l'antenne lyonnaise du Jetro (Japan External Trade Organization) dépendait du fameux Miti, le Ministère japonais de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie. Elle assurait la promotion des relations commerciales et investissements franco-japonais dans les régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon.  
Plus précisément, son rôle était d'intensifier les relations publiques entre la France et le Japon, de développer la coopération et le développement industriels dans les deux sens, vers Rhône-Alpes et vers le Japon et d'effectuer la promotion des exportations Françaises vers l'archipel nippon.

La raison de ce départ ? Le Japon réduit actuellement la présence de ses représentants à l'étranger, notamment en Europe pour se concentrer sur les pays émergents. Jetro Paris reprend désormais les activités du bureau lyonnais tout en assurant que « tout sera mis en œuvre pour assurer la continuité du travail effectué par notre équipe lyonnaise. »

La perte du Jetro est conséquente pour Lyon et Rhône-Alpes car cet organisme a joué un rôle non négligeable dans l'installation en Rhône-Alpes de nombreuses sociétés japonaises, désormais au nombre d'une centaine.

Il est à craindre que le projet de création d'un Japan Business Club Rhône-Alpes, un club d'affaires d'entreprises japonaises dont l'idée avait été justement lancée, en partenariat avec Erai (Entreprise Rhône-Alpes International), par le  responsable du Jetro fin 2008, ait, avec ce départ, des difficultés à voir le jour. Ce projet vient de perdre son principal moteur.

Publiée le 06 oct. 2009 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 06 oct. 2009
Figure dans les rubriques
International
News
L'article du jour
Economie


HAUT