Les Mousquetaires veulent reprendre l'offensive

Le 3ème distributeur français qui compte 225 points de vente en Rhône-Alpes avait pris du retard sur le hard-discount et les enseignes de centre-ville. Les Mousquetaires ont décidé de croiser le fer...

Les Mousquetaires veulent reprendre l'offensive

Le Groupement des Mousquetaires est atypique dans le domaine de la grande distribution française. Il s'agit d'un regroupement  de chefs d'entreprise indépendants qui possèdent et gèrent leur point de vente comme ils l'entendent tout en donnant un tiers de leur temps pour assurer la gestion du groupement et participer aux instances de direction.

 

Lorsque l'on est son propre patron, même en participant à une gestion collégiale, on est de facto plus motivé qu'un directeur salarié. Ceci explique sans doute pour une part la bonne tenue des résultats du Groupement des Mousquetaires en 2008. Les enseignes alimentaires ont vu leur chiffre d'affaires croître de 6,3 % pour les Intermarchés et Ecomarchés. Le non-alimentaire a moins progressé : 3,7 % pour Restaumarché et 0,7 % pour Bricomarché.

 

De belles performances à une période où la crise commençait à faire sentir ses effets ; et ce, malgré deux lacunes constatées dans le dispositif des Mousquetaires : une chaîne de hard discount (Netto)  qui peinait à se mettre au niveau de ses concurrentes et un retard dans la présence dans les centre-villes, nouvelle frontière de la grande distribution au moment où les hypers de la périphérie s'essoufflent.

 

Pour reprendre l'offensive, le Groupement des Mousquetaires a décidé de relooker ses hard-discounts Netto au nombre de 30 en Rhône-Alpes. « La formule n'avait pas encore la rentabilité espérée», explique Patrick Marttelucci, président du conseil d'administration ITM Alimentaire de la région Centre-Est. D'oû la mise en place d'un nouveau concept.  « Celui-ci est simple : « plus j'achète, mois c'est cher » avec 1 500 nouveaux produits chaque semaine en promo », explique-t-il.

Le nouveau Netto a été testé dans la région Centre-Est avec succès.  «Avec la nouvelle formule, les chiffres d'affaires sont en hausse de 60 à 80 %», assure le responsable du Groupement.

 

Ce développement entre dans le cadre d'un projet plus vaste, « Puissance 3 » qui vise à mieux segmenter les différentes enseignes alimentaires des Mousquetaires pour qu'elles collent plus au terrain. Avec pour objectif  la mise en service de  300 000 m2 supplémentaires d'ici 2011.

 

Autre offensive, en direction des centre-villes pour l'instant abandonnés. S'inspirant du concept innovant développé par Monoprix (Monop), le Groupement des Mousquetaires a décidé de tester de nouveaux magasins de centres-villes baptisés ITM Express. « Ils 'agit de surfaces de moins de 1 000 m2 à la forte amplitude horaire développant des petits paniers de 10 à 20 euros, avec une forte fréquentation », explique Patrick Martellucci. Et de préciser : « Le nombre de références sera de 4 à 6 000, avec une gamme différente laissant une large place aux produits de dépannage et au snacking. Ces magasins devraient réaliser 10 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 20 à 25 personnes. »

Le Grand Lyon est en compétition avec  Paris et Nice pour être le premier à démarrer la phase test. D'ores et déjà, selon Patrick Martellucci, trois emplacements sont sur le point d'être signés à Lyon pour cinq à six ITM Express à terme. « Monop » ne sera bientôt plus seul.

 

Dominique Largeron

Publiée le 05 juin 2009 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 05 juin 2009
Voir aussi ...
Snacking

Le snacking ou la restauration rapide ou le fast food est un mode de restauration dont le but est de faire gagner du temps au client en lui permettant d'emporter rapidement les plats commandés, et...

lire la suite...
Figure dans les rubriques
L'article du jour
News


HAUT