Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

Le Contrat « Nouvelle Embauche » est-il légal ?

avant Le jeudi 21 septembre 2006Frédéric BUJOLI | bujoli@idefi.cnrs.fr | Travail, emploi
La création du contrat « Nouvelle Embauche » (CNE) par l'Ordonnance du 2 Août 2005 a suscité de très vives réactions. Contrat à durée indéterminée (CDI) permettant, pendant une période de 2 ans maximum, à l'employeur et au salarié de rompre le contrat sans avoir à indiquer de motifs (la rupture et le recours à un tel contrat connaissant toutefois certaines limites – Voir sur ce point notre numéro 24), le CNE est dénoncé par ses détracteurs comme accroissant la précarité des salariés concernés.

De manière plus surprenante, les effets bénéfiques annoncés du CNE sur la création d'emploi ont été mis en question par une étude effectuée par la Direction des statistiques du Ministère de l'Emploi et l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, rendue publique le 14 juin 2006. Selon cette étude, 70% des embauches effectuées en CNE auraient eu lieu dans les mêmes délais si le contrat n'avait pas existé. 30% des CNE ont en outre été rompus au cours des 6 mois suivants l'embauche (soit la totalité des embauches effectivement réalisées grâce au CNE ?), ce qui serait « nettement supérieur » à la proportion de CDI rompus pendant cette période.

Pire encore, certaines des entreprises qui ont eu recours au CNE se plaignent du risque d'insécurité juridique qui pèse sur elles, puisqu'en cas de contestation en justice par le salarié de la rupture du CNE, notamment sur le fondement de l'abus de droit, l'employeur devra indiquer le motif de la rupture, afin que la légitimité de celle-ci puisse être contrôlée. On relèvera d'ailleurs que, selon l'enquête, 45% des ruptures seraient le fait du salarié (près d'1 cas sur 2), 38% le fait de l'employeur et 17% le fruit d'une décision commune des parties.

Le Gouvernement, de son côté, évoque les vertus du dispositif (à l'origine de près de 44000 créations d'emplois) et la nécessité d'une évaluation pour – éventuellement – le modifier.

Mais cette modification pourra peut-être prendre la forme d'une disparition pure et simple de la caractéristique principale du CNE : la possibilité de le rompre sans avoir à indiquer de motifs. Un certain nombre de textes internationaux et de juridictions ont en effet remis en cause cette possibilité.

Le Conseil d'Etat, tout d'abord, a précisé que l'Ordonnance du 2 Août 2005 instituant le CNE n'a pas exclu que le licenciement puisse être contesté devant le juge afin que celui-ci puisse vérifier que la rupture n'a pas un caractère abusif et ne déroge pas aux articles 8-1, 9 et 10 de la Convention n° 158 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT). Cette convention prévoit notamment qu'un salarié ne peut être licencié sans « motif valable », son application pouvant toutefois être écartée pour « les travailleurs effectuant une période d'essai» à condition que la durée de celle-ci soit « raisonnable ». Le CNE comprend une période d'essai de 2 ans, pendant laquelle il peut être librement rompu. Il semble donc formellement conforme à ce texte. Pourtant, un Conseil de prud'hommes a récemment requalifié un CNE en CDI classique, le jugeant contraire au droit international du travail. Il a estimé que la durée de 2 ans de la période d'essai ne constituait pas une durée « raisonnable » par référence au « droit et aux traditions tant internes que comparées » avec d'autres pays européens. Il a alors condamné l'employeur à verser 16390 euros au titre des dommages et intérêts dus pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La décision, n'émanant pas (encore ?) de la Cour de cassation, n'a évidemment pas de portée générale et a été frappée d'appel. Mais rien ne permet de penser qu'elle ne sera pas suivie et elle autorise en tous les cas à poser la question de la légalité du CNE au regard du droit international du travail.

Il convient alors de s'interroger sur la durée qui serait raisonnable ou sur les motifs de rupture qui ne sont pas valables. Dans ce cadre, l'article 24 de la Charte européenne du 3 mai 1996 énonce notamment ceux – discriminatoires – fondés sur le sexe, l'origine ethnique, l'exercice d'une activité syndicale, la maladie, la maternité ou le congé parental, liste à laquelle il faut ajouter les textes internes et toute la jurisprudence française sur le licenciement sans cause réelle et sérieuse.
plus d'infos sur Le Contrat « Nouvelle Embauche » est-il légal ?
Publiée le 21 sept. 2006 
Figure dans les rubriques
Contrat nouvelle embauche, emploi jeunes
Dirigeant, chef d'entreprise
Rémunération, recrutement, ressources humaines
Contrats de travail
Vous êtes !
Services aux entreprises
News


HAUT