Les rapprochements qui font mal

Je viens de relire un article paru dans le journal du Développement Durable au début de ce mois. Selon un rapport de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement, « une augmentation annuelle de 50 % de l'aide publique au développement (APD), soit 50 milliards de dollars par an, permettrait d'atteindre les objectifs onusiens de réduction de l'extrême pauvreté ».

L'augmentation des budgets ne suffirait pas à elle seule, il faudrait également mieux orienter cette aide financière vers les pays qui en ont le plus besoin et revoir la distribution de l'aide par secteur d'activité. Elle n'irrigue pas suffisamment les projets productifs dans l'industrie et surtout l'agriculture qui seraient les plus efficaces pour réduire la pauvreté.

Entre temps, la presse économique nous apprend que le secrétaire au Trésor américain Henry Paulson a convaincu le Congrès des Etats-Unis d'adopter un plan de sauvetage de 700 milliards de dollars soit quatorze ans de ce qu'il faudrait pour éradiquer la pauvreté. Il n'est pas sûr que cela suffise à nous sortir de la crise financière actuelle.

Je ne sais pas ce que rapprochement vous inspire mais il me semble que nous n'avons, collectivement, pas de quoi être fiers de la façon dont nous avons géré les dernières décennies.

Publiée le 29 sept. 2008 Mis à jour le 29 sept. 2008
Figure dans les rubriques
Associations, Groupements, Syndicats professionnels, Collectivités, Administrations, Gouvernement
Economie
Vous êtes !
News


HAUT