Vidéos Bourse Finance
Acteurs financiers et opérateurs en Bourse
> toutes les entreprises
Prestataires spécialisés en Finance
> toutes les entreprises

LA POSTE : Le Groupe La Poste - Résultats 2013

  • Chiffre d'affaires consolidé de 22 084 millions d'euros, en progression de 2 % (+1 % à périmètre et change constants)
  • Résultat d'exploitation de 770 millions d'euros, en retrait de 5,6 % (-42 % hors effet CICE[1] et à périmètre et change constants)
  • Résultat net part du Groupe de 627 millions d'euros, en hausse de 31 %
    (-30 % hors effet CICE1 et à périmètre et change constants)
  • Indicateur de santé économique[2] négatif de – 104 millions d'euros
  • Augmentation de la dette nette (3 778 millions d'euros) de 318 millions d'euros
  • Stabilité de la structure financière du Groupe avec le dernier versement de 600 millions d'euros de l'augmentation de capital souscrite par l'Etat et la Caisse des Dépôts

2013, une année d'inflexion

Le Conseil d'administration de La Poste, réuni ce jeudi 20 février 2014 sous la présidence de Philippe Wahl, a arrêté les comptes consolidés du Groupe pour l'exercice clos le 31 décembre 2013.

A cette occasion, Philippe Wahl, Président-directeur général du Groupe La Poste a souligné que 2013 était une année d'inflexion pour le Groupe. En effet, le chiffre d'affaires consolidé a progressé de 2 %, soutenu par la poursuite du développement de La Banque Postale et des activités Colis- Express. Pour autant, les effets du recul des volumes de courrier et de la baisse de la fréquentation des bureaux de poste se sont poursuivis et n'ont pas été totalement compensés par la croissance des autres activités, la maîtrise des charges et les effets des tarifs. Le résultat d'exploitation du Groupe a ainsi reculé de 5,6 %, et de 42 % hors effet CICE. Le résultat net part du Groupe atteint 627 millions d'euros. Hors CICE, il est en recul à 330 millions d'euros. L'indicateur de santé économique est devenu négatif à -104 millions d'euros.

Afin d'inscrire le Groupe dans une perspective de développement durable, un nouveau plan stratégique « La Poste 2020 : Conquérir l'avenir » a été présenté au Conseil d'administration du Groupe le 28 janvier 2014. Fruit de la consultation des clients, postiers, élus, associations, organisations syndicales et actionnaires, il a pour objectif d'accélérer le développement des activités existantes et la conquête de nouveaux territoires, notamment numériques, la modernisation des missions de service public et le rétablissement de la bonne santé économique du Groupe.

CHIFFRES CLES au 31 décembre 2013

Le Groupe La Poste
 

En millions d'euros 31/12/2013 31/12/2012 Evolution
Publiée à périmètre et change constants et hors CICE
Chiffre d'affaires 22 084 21 658 +2 % +1 %
Résultat d'exploitation 770 816 -5,6 % -42 %
Marge d'exploitation 3,5 % 3,8 % -0,3pt  
Résultat net part du Groupe 627 479 +31 % -30 %
Marge nette 2,8 % 2,2 % +0,6pt  
         
Structure financière        
Dette nette (DN)[3] 3 778 3 460 +318M€  
Capitaux Propres part du Groupe (CP) 8 460 7 470 +990M€  
DN/CP 0,45 0,46 -0,1pt  
RN/CP 7,4 %  6,4 % +1pt  
Ratios clés La Banque Postale        
Core Tier One (Bâle 2,5) 11,4 % 12,1 %    
Crédit/dépôts 67 % 59 %    

RESULTATS DU GROUPE LA POSTE
 

PRINCIPAUX INDICATEURS
Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe La Poste
s'est établi à 22 084 millions d'euros, en progression de 2 % et de 1 % à périmètre et change constant. La baisse des volumes de courrier a été compensée pour partie par la hausse des tarifs du courrier mais surtout par la bonne performance du Colis-Express et de La Banque Postale.

Le résultat d'exploitation consolidé du Groupe s'élève à 770 millions d'euros, en recul de 5,6 % par rapport à celui de 2012. Hors CICE, le résultat d'exploitation atteint 473 millions d'euros, en baisse de 42 %.

Après prise en compte du résultat financier (-223 millions d'euros), de l'impôt sur le résultat (-127 millions d'euros) et de la contribution des entreprises mises en équivalence (215 millions d'euros, essentiellement au titre de CNP Assurances détenu à hauteur de 20,15 %), le résultat net part du Groupe s'inscrit à 627 millions d'euros. Hors CICE, celui-ci atteint 330 millions d'euros, en recul de 31 %.

INVESTISSEMENTS ET CROISSANCE EXTERNE
Le Groupe a réalisé 997 millions d'euros d'investissements bruts, principalement consacrés à la poursuite de la rénovation du réseau des bureaux de poste, la modernisation du parc immobilier et de l'outil industriel, le renforcement du réseau européen et international de l'activité Express, l'équipement en véhicules électriques et les systèmes d'information dans l'ensemble des métiers.

Par ailleurs, 190 millions d'euros ont été consacrés à la croissance externe.

Le Colis-Express :

• a renforcé son réseau européen : acquisitions de franchises Seur en Espagne,
• a étendu sa présence géographique hors d'Europe : prise de participation de 40 % dans DTDC, spécialisé dans le transport de colis en Inde,
• a enrichi son offre avec l'acquisition de 40 % de Colizen, spécialiste de la livraison de colis sur rendez-vous en France, et la prise de contrôle de Tigers, commissionnaire de transport international (détention directe de 66 %).

Le Courrier a poursuivi le développement de son courrier international en acquérant via Asendia :

• les activités de courrier international de Pitney Bowes au Royaume-Uni,
• une participation de 40 % dans eShopWorld basée en Irlande.

La Banque Postale a renforcé son offre de service à destination de la clientèle patrimoniale notamment à travers l'acquisition de BPE.

La Banque Postale a innové en créant à destination des clientèles en situation de fragilité financière, l'Appui, plateforme de conseil et d'orientation bancaire et budgétaire.

Enfin, Le Groupe La Poste a accompagné le développement de La Banque Postale en procédant à une augmentation des fonds propres prudentiels de sa filiale à hauteur de 1 milliard d'euros, sous la forme d'une augmentation de capital par voie d'apport du siège de La Banque Postale (228 millions d'euros) et d'une émission de titres hybrides (800 millions d'euros). Le ratio Core Tier 1 de La Banque Postale s'élève à 11,4 % au 31 décembre 2013 et le ratio Tier 1 à 13,2 %.

STRUCTURE FINANCIERE
Les capitaux propres consolidés part du Groupe s'élèvent à 8 460 millions d'euros au 31 décembre 2013, en progression notamment grâce au dernier versement de l'augmentation de capital souscrite par l'Etat et la CDC à hauteur de 600 millions d'euros, de l'enregistrement du résultat pour un montant de 627 millions d'euros et du paiement en 2013 des dividendes aux actionnaires au titre de 2012.

La dette nette[4] s'établit à 3 778 millions d'euros, en hausse de 318 millions d'euros par rapport à 2012. Cette évolution s'explique par l'apport en capital de 600 millions d'euros plus que compensé par la souscription de titres hybrides de La Banque Postale pour un montant de 800 millions d'euros, ainsi que par une consommation de trésorerie opérationnelle nette après dividendes[5] de 104 millions d'euros.

Le ratio Dette nette/Capitaux propres est stable à 0,45.
Par ailleurs, en matière de gestion de la dette, La Poste a procédé en novembre 2013 au remboursement d'une souche obligataire arrivée à maturité pour un montant de 726 millions d'euros et a réalisé une émission de 250 millions d'euros, pour une durée de 11 ans, à taux fixe et assortie d'un coupon de 2,75 %, en abondement de l'émission de 750 millions d'euros réalisée en novembre 2012. Le Groupe poursuit ainsi son objectif de gestion active de ses ressources financières tout en optimisant leur coût : le coût de la dette s'est établi à 3 % en 2013 contre 4,31 % avant gestion active.

PERFORMANCES DES METIERS
Le Courrier

Le Courrier enregistre un chiffre d'affaires de 11 103 millions d'euros, en baisse de 2,7 % (-3,5 % à périmètre et change comparables). La baisse des volumes de courrier (-5,5 %), liée à la dématérialisation et à un contexte économique peu propice aux activités publicitaires, explique l'essentiel de la diminution du chiffre d'affaires. Ses effets sont compensés à hauteur de 50 % par l'augmentation tarifaire intervenue en janvier 2013.

Plus spécifiquement, le Courrier maison mère, qui regroupe l'ensemble des activités de commercialisation et de distribution de courrier adressé, a réalisé un chiffre d'affaires de 9 892 millions d'euros, en diminution de 3,7 %. Sofipost, qui regroupe les trois filiales à 100 % du Courrier, positionnées sur des marchés porteurs (Mediapost Communication sur le marché du marketing relationnel et de la connaissance client, Docapost sur l'éditique, les processus de gestion déléguée et l'échange sécurisé de données et Viapost sur la logistique) ainsi que les 50 % détenus dans la coentreprise Asendia (courrier international) créée avec Swiss Post, a favorablement contribué au développement du Courrier, avec un chiffre d'affaires de 1 211 millions d'euros, en croissance de 7 %, confortée par la contribution des sociétés acquises en 2012 et 2013.

Le résultat d'exploitation total du Courrier à 471 millions d'euros s'inscrit en recul de 31,1 %, les efforts importants déployés en matière d'innovation produits et de maîtrise des charges n'ont pas permis de compenser le repli des volumes. Le résultat d'exploitation du Courrier maison-mère s'élève à 404 millions d'euros, en diminution significative, la contribution de Sofipost s'élève à 67 millions d'euros, stable par rapport à 2012.

Le Colis-Express
Le chiffre d'affaires du Colis-Express s'élève à 5 988 millions d'euros, en progression de 7,3 % (+5,9 % à périmètre et change constants), tiré par la croissance des volumes en France et à l'international et le déploiement de services innovants (choix du lieu et des horaires de livraison avec la solution Predict, développement des points relais).

Le chiffre d'affaires de ColiPoste, qui s'élève à 1 597 millions d'euros, est en croissance de 2,8 % grâce à la croissance des volumes de 3,1% (à jours ouvrés équivalents) soutenus par le dynamisme de l'e-commerce.

Le chiffre d'affaires de GeoPost de 4 391 millions d'euros affiche une progression de 9,1 % (+7,2 % à périmètre et change constants) portée par un effet volume (+8,5 %) auquel contribuent tous les pays, notamment le Royaume-Uni (+19 %), la France (+17 %) et la Russie (+23 %).

Le résultat d'exploitation du Colis-Express s'inscrit à 419 millions d'euros, en hausse de 4,1 %. Le résultat d'exploitation de ColiPoste s'élève à 101 millions d'euros et celui de GeoPost à 319 millions d'euros en progression de 8,8 % (+9,8 % à périmètre et change constant) avec un maintien de la marge d'exploitation à 7,3 %. Cette forte progression traduit les bonnes performances commerciales et de croissance externe ainsi que le déploiement de nouveaux produits et services visant l'amélioration de la qualité de service.

Les activités bancaires
Le Produit Net Bancaire de La Banque Postale atteint 5 539 millions d'euros, en progression de 5,7 % (+2,7 % à périmètre constant et hors épargne logement et amende EIC[6]). L'activité crédits a fortement progressé avec une augmentation globale de 17,3 % des encours de crédit. Le financement du secteur public local s'est développé de façon dynamique avec plus de 6 milliards d'euros de crédit octroyés par La Banque Postale dont 3 milliards d'euros à moyen et long terme. La Banque Postale a créé avec La Caisse des Dépôts La Banque Postale Collectivités Locales[7] qui apporte son expertise en matière d'études et de conseil. La Banque Postale a par ailleurs accordé près de 3 milliards de crédit pour le financement des autres personnes morales. Le pôle Gestion d'actifs a enregistré une croissance de 3,5 % de ses encours. Le pôle Assurance a également connu une bonne année avec une hausse de 16 % du nombre de contrats en stock. Enfin, le taux d'équipement en forfaits[8] de la clientèle a progressé passant de 50,6 % en 2012 à 53,1% en 2013.

La Banque Postale a amélioré son coefficient d'exploitation qui est passé de 85,8 % en 2012 à 84,9 % en 2013, grâce à son développement et à la maîtrise de ses charges d'exploitation. Après un coût du risque stable, la contribution des Activités Bancaires au résultat d'exploitation du Groupe est de 708 millions d'euros, en progression de 14 %.

L'Enseigne
L'Enseigne a réalisé une bonne performance commerciale bancaire, notamment sur le plan des crédits immobiliers et des crédits à la consommation, malgré une baisse de la fréquentation des bureaux de poste. L'Enseigne réalise 18 % du chiffre d'affaires du Courrier, 27 % de celui du Colis, et 100 % de la collecte nette des particuliers.

En matière de téléphonie, l'année a été marquée par le lancement de nouvelles offres pour les particuliers et les professionnels et la commercialisation d'une offre ADSL. Cette politique a permis à La Poste Mobile de servir 633 000 nouveaux clients sur l'année, portant son portefeuille de clients à plus d'un million en janvier 2014. Le chiffre d'affaires s'établit à 148 millions d'euros (à 100 %), en progression de 7%.

Les activités numériques
L'année 2013 a été également marquée par la création d'une direction en charge du numérique. Devant l'ampleur de la révolution numérique, La Poste, comme l'ensemble des grandes entreprises, assiste à une transformation profonde de ses activités. La direction du Numérique a pour mission de porter l'innovation, les fonctions de production numérique pour l'ensemble du Groupe et de développer de nouvelles activités en particulier autour de deux idées forces : celle d'un trousseau numérique et celle d'un espace numérique postal en matière de protection des données.

RESSOURCES HUMAINES : QUALITE DE VIE AU TRAVAIL ET EMPLOI RESPONSABLE
Un accord sur la qualité de vie au travail a été signé le 22 janvier 2013. Parmi les différentes mesures mises en œuvre dans le cadre de cet accord, La Poste a déployé 1 100 responsables Ressources Humaines de proximité sur tout le territoire pour accompagner les salariés au quotidien et dans leur évolution professionnelle. Près de 8 postiers sur 10 ont bénéficié d'au moins une action de formation. Un dispositif d'alerte sociale a été mis en place pour les organisations syndicales. Un accord sur le télétravail a également été signé par La Poste et les organisations syndicales FO, CFDT, CGC-UNSA, CFTC et CGT. Enfin, un contrat de génération a été signé le 22 janvier 2014 avec quatre organisations syndicales.

En matière de recrutement, La Poste, qui avait annoncé 15 000 recrutements en CDI au sein de la maison-mère sur la période 2012-2014, tient ses engagements : après les 5 211 recrutements en CDI réalisés en 2012, l'entreprise a recruté 5 298 nouveaux collaborateurs en CDI en 2013, dont 1 390 auparavant employés en CDD. Au titre de sa politique d'insertion des jeunes dans l'emploi, 5 106 contrats par alternance ont été conclus et 626 emplois d'avenir recrutés.

SERVICE PUBLIC : UN ENGAGEMENT RENOUVELE
Sur le plan des missions de service public, l'engagement de La Poste a été renouvelé avec la signature en juillet 2013 d'un nouveau contrat d'entreprise 2013-2017 avec l'Etat. La présence postale dans les territoires a également été confirmée avec la signature en janvier 2014 du contrat de présence postale territoriale 2014-2016 avec l'Etat et l'Association des Maires de France.

PERSPECTIVES
L'année 2014 s'ouvre sur un environnement économique marqué par la reprise de la croissance en Europe, une inflation modérée, des politiques orientées vers la maîtrise des dépenses publiques et des taux d'intérêt long terme toujours bas.

Dans ce contexte, le Groupe se donne pour ambition une progression de son chiffre d'affaires de l'ordre de 1 % à 2 %, soutenue par le développement du Colis, de l'Express et de la Banque Postale. Le résultat d'exploitation devrait connaître un recul car les effets de la baisse des volumes de courrier ne seront pas totalement compensés.

Afin de restaurer l'équilibre économique du Groupe et de l'inscrire dans une perspective de développement durable garante du déploiement de ses missions de service public, il a été proposé au conseil d'administration le 28 janvier 2014 un nouveau plan stratégique. Ce plan donne la priorité au développement du Groupe et de chaque métier, il se fonde sur les innovations, la transformation numérique et la conquête de nouveaux territoires en plein essor. Il s'appuie sur un pacte social à construire tous ensemble pour faire des postiers les acteurs et les bénéficiaires de la transformation de La Poste. La maîtrise de l'ensemble des coûts pour les adapter à l'évolution des activités et la réduction des coûts de siège et de structure contribueront également au rétablissement de la bonne santé économique du Groupe et au renforcement de ses capacités de développement.

C'est tout le sens du plan « La Poste 2020 : Conquérir l'avenir ».



[1] Crédit Impôt Compétitivité Emploi

[2] Indicateur de santé économique = Flux de trésorerie des activités opérationnelles (1 056 M€) – achats d'actifs corporels & incorporels hors banque (837 M€) + cession de véhicules (24 M€) – intérêts payés (172 M€) – dividendes versés (175 M€)
[3] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l'activité bancaire pour laquelle ce concept n'est pas pertinent.

[4] La dette nette du Groupe ne prend pas en compte l'activité bancaire pour laquelle ce concept n'est pas pertinent.

[5] La trésorerie opérationnelle après dividendes correspond à l'indicateur de santé économique.

[6] Echange Image Chèque

[7] La Banque Postale Collectivités Locales a été créée le 28 mars 2013, elle est détenue à hauteur de 65% par La Banque Postale et de 35% par la Caisse des Dépôts

[8] Equipements en forfait : cartes et services


Communiqué intégral et original au format PDF :
Télécharger le PDF
© Copyright Actusnews Wire
Recevez gratuitement par email les prochains communiqués de la société en vous inscrivant sur www.actusnews.com
Receive by email the next press releases of the company by registering on www.actusnews.com, it's free
plus d'infos sur LA POSTE : Le Groupe La Poste - Résultats 2013

HAUT