Toute l’actualité Lyon Entreprises

Feu vert au center parc de Roybon ? Une dernière expertise imposée par la cour avant la décision définitive

Verra-t-on un jour aboutir…ou non, le projet de Center parc de Roybon en Isère, si controversé et cadre d’une intense bataille juridique..

Le projet a été lancé en…2007. Cela fait donc douze ans que ce projet de construction d’un millier de cottages, sur 150 ha, dans la forêt de Chambaran en Isère, autour d’une grande bulle à température tropicale appelée « Aquamundo » se fait et se défait au gré des décisions de justice. Mais la décision finale ne va sans doute plus tarder très longtemps.

C’est la cour administrative d’appel de Lyon qui a déclenché le dernier épisode en date et donc sans doute l’ultime en annonçant avoir décidé de procéder à une expertise.

Comme on s’y attendait, d’ailleurs,une mission va ainsi être confiée à un hydrogéologue, un géomètre et un botaniste ou un naturaliste, selon les termes de l’arrêt de la cour. Cette équipe devra très précisément déterminer la superficie des zones humides détruites et mettre en parallèle la superficie des zones que le promoteur, le groupe Pierre & Vacances prévoit de réaménager dans le cadre des mesures compensatoires prévues par la loi.

Pourquoi avait attendu si longtemps pour demander une telle expertise ? Tout simplement parce que depuis 2008, un arrêté interministériel affirmait qu’un seul critère (hydrologie ou plantes, par exemple) suffisait à caractériser une  zone humide. Mais neuf ans plus tard, le Conseil d’État a jugé qu’ils étaient nécessairement “cumulatifs”. Cette décision impose donc de recalculer la superficie des zones touchées par le projet de Roybon, c’est-à-dire nécessitant une compensation environnementale.

C’est seulement à partir de cette expertise, une fois déposée sur le bureau de son président que la cour administrative d’appel de Lyon donnera ou non, son aval définitif au projet de center parc, de ses 1 000 cottages et de ses 700 emplois. Ouf !

Ouf ? Enfin presque parce que l’arrêt ne précise pas la date de retour de cette expertise. D’ici la fin de cette année pour décider enfin de la réalisation (ou non) de ce projet à 390 millions d’euros ?