Professeur à EMLyon, Pierre-Yves Gomez, lauréat du Prix du Livre « RH 2014 »

Son thème : « Le travail invisible » démonte les mécanismes économiques qui ont conduit, via la financiarisation, à rendre le travail invisible dans les entreprises comme dans les organisations publiques. Concentrés sur leurs ratios, les managers ne le voient plus.

 Professeur à EMLyon, Pierre-Yves Gomez, lauréat du Prix du Livre « RH 2014 »Pierre-Yves Gomez

Le Prix du meilleur Livre ressources humaines 2014 Sciences Po/ Le Monde/ Syntec recrutement/ a été décerné hier soir à Pierre-Yves Gomez, professeur en stratégie et organisation à EMLYON, pour son ouvrage « Le travail invisible ».

 Le Prix du Livre RH a été créé en 2000 par Sciences Po, Syntec Recrutement et Le Monde.

 Depuis dix ans, un ouvrage analytique dans le domaine des ressources humaines est salué et mis en avant chaque année par la profession.

Les critères de sélection sont précis : nouveauté du sujet, rapport à l’actualité, qualité du traitement et de l'argumentation, explicitation des fondements scientifiques, lisibilité, apport à la réflexion, pertinence pour l’action.

« Le travail invisible » (aux Editions François Bourin) démonte les mécanismes économiques qui ont conduit à rendre le travail invisible dans les entreprises comme dans les organisations publiques.

 La financiarisation a imposé des normes d’évaluation, des outils de gestion et, finalement une bureaucratie du chiffre et de la norme.

Le travail réel, qui est pourtant la source de la création de la valeur économique, n’est plus vu par des managers trop concentrés sur leurs ratios, leurs tableaux de bord et leurs reportings. Les écrans font écran.

 Dès lors, le décalage se creuse entre la gestion et la réalité de l’économie jusqu’à la crise des années 2010. Cette dernière est d’abord une crise de la création de valeur, c’est-à-dire de la valorisation du travail.

 Une solution se profile : les travailleurs aspirent à être reconnus comme des sujets et non des simples opérateurs. Dans la vraie vie, le travail est vivant. C’est sur cette évidence sur laquelle il faudrait repartir.

 Ecrit comme un thriller économique, Le travail invisible, qui a déjà obtenu le prix « Toit citoyen » en 2014, explique ce qui ronge nos sociétés, mais aussi ce qui, déjà, les renouvelle.

 Pierre-Yves Gomez, économiste et docteur en gestion, est professeur de stratégie à EMLyon.

Il dirige  l'Institut Français de Gouvernement des Entreprises d’EMLyon. Spécialiste du lien entre l’entreprise et la société, il est l’auteur de nombreux livres et articles académiques. Son engagement au service du politique l’amène aussi à intervenir régulièrement dans le débat public sur les questions de gouvernance et de responsabilité économique.

 Il a été élu président de la Société française de Management en 2011.

Publiée le 01 oct. 2014 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
Carnet dirigeants
Commentaires

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.

le travail invisible[ 07/10/14 - A A ]
Je suis entièrement d'accord avec la réflexion de l'auteur : dans les entreprises combien de postes créés sous couvert de la qualité & de normes ISO qui ne veulent rien dire surtout dans beaucoup de métiers tertiaires ....?? normes qui font perdre du temps à tout le monde et surtout aux opérationnels à qui on demande plus dans un temps moindre (c'est normal car il faut rentabiliser les embauches des postes de contrôle !).
Je ne sais pas si l'auteur a passé du temps en entreprise, mais j'y suis depuis plus de 20 ans, et je dois dire qu'il a une vision très réaliste ou plutôt très réelle de ce qui s'y passe.
expérience[ 07/10/14 - Eva DORESSAMY ]

Et dans toute sa carrière, il a passé combien de temps dans l'entreprise, ce monsieur ??? 



HAUT