Produits & Services
Retraite Madelin AXA - solution retraite des TNS et IndépendantsEt vous, qu'avez-vous mis en œuvre pour votre retraite ?Assurance prévoyance du TNS, aide et conseil aux dirigeants Entrepreneurs : intéressez-vous dès à présent à votre prévoyance !Broderie sur vêtements de travail, tenue de cuisinier, métiers des CHR  Broderie sur vêtements de travail pour cafés, hôtels, restaurants : une spécialité Créativ’BroderieCoffret gourmand confitures de luxe Bruneton > cadeau d'affaire gourmandCadeaux d'affaires gourmand : jouez la carte de l'originalité avec des confitures 100% artisanalesConfiture de luxe BRUNETON, confitures artisanales de luxe pour tous les chefsMaison Bruneton : des confitures de luxe à la table des meilleurs chefs de Lyon et du mondeDirecteur marketing à temps partagé, service de communication externaliséGérez votre image de marque et votre marketing digital à temps partagé avec GBSNavette transport VIP hôtels, personnalités, clients, entreprisesNavette VIP pour les hôtels de Lyon - le service des Transports LausseurCoffret recettes mets et vins pour entreprises, coffret gourmand recettesCoffrets recettes CiboVino : un cadeau gourmand original où le chef cuisinier, c’est vous !Développpement commercial pour TPE, externalisation de la prospectionGBS : le nouveau nom du développement commercial des TPE et des indépendantsMeubles en bois professionnels sur mesure, comptoirs, bars, ateliers de cuisineVotre meuble sur mesure dans le bois de votre choix !Coffret apéritif pour entreprises, le coffret apéro des salariésCoffret cadeau gourmand : CiboVino vous le sert à l’apéroTransport de collaborateurs, fiable, ponctuel - taxi pour entreprisesTransports Lausseur, la navette privilégiée des entreprises pour les déplacements des clients et des partenairesTaxi groupe 9 personnes, minibus pour entreprises, hôtels, agences LyonEntreprises, hôtels, agences : reposez-vous sur la rigueur et la fiabilité des Transports Lausseur, taxi groupe 9 personnesSaisie et qualification de fichiers prospects - faire saisir ses donnéesConstitution et qualification de fichiers prospects - faites saisir vos contactsTranscription données médicales, données personnelles, saisie de données de santéService de saisie de données adapté aux mutuelles, CHU, laboratoires et tous organismes de santéSaisie de données, catalogues, études - transcription d'informationPour gagner en productivité, confiez la saisie de données à Easy Info ServicesBroderie sur tablier de charcutier, boucher ou boulanger - faire broder ses tabliersCharcutiers, bouchers, cuisiniers, cavistes : faites broder vos tabliers !Rénover sa toiture - conseils et rénovations de toits et charpentesBati&Bois rénove vos toitures et vos charpentesRevues de presse et constitutions de dossier de presse, prestation ExpertInfoRevues de presse et constitution de dossiers de presseFinancer le développement des PME, aide, accompagnement, conseilFinancez le développement de votre entreprise avec ADEC Conseil

Le paradoxe du beaujolais

Verre à moitié plein d'un côté, à moitié vide de l'autre... A l'heure où, la semaine dernière, jour du déblocage, l'on fêtait ce vin de convivialité qu'est le beaujolais nouveau, le Conseil régional se penchait sur les difficultés que traverse ce vignoble, paradoxalement l'un des plus célèbres de France, mais aussi actuellement, celui connaissant la crise la plus sévère...

Le paradoxe du beaujolais

Si le beaujolais nouveau a fait dans le passé la fortune de ce vignoble, il en est devenu le boulet.

 Toutes les grandes appellations sont tirées par ce qu'elles font de meilleur, les grands châteaux classés dans le Bordelais ; l'Hermitage ou les Côtes-Rôties dans les Côtes-du-Rhône septentrionales ; la Romanée Conti, en Bourgogne, etc. Des vins presque inaccessibles, mais qui font rêver.

 Vendus quelques semaines seulement après avoir été récoltés, les raisins de gamay du Beaujolais sont à peine fermentés en cuve qu'ils sont déjà sur le marché. C'est un vin de soif, de convivialité, de fête, certes, mais ce n'est pas le meilleur de l'appellation, il faut bien le reconnaître.

 Or, depuis que le beaujolais nouveau a été créé avec l'intense marketing qui l'accompagne, c'est lui qui est censé tirer l'appellation beaujolais et beaujolais villages. Ce qu'il fait de plus en plus difficilement. Logique.

 Les dix crus qui constituent eux, le meilleur, ont pris le large n'indiquant même plus sur leur étiquette leur origine beaujolaise, de peur que celle-ci ne décourage le client.

 Le résultat est là : l'appellation a vu ses volumes de beaujolais nouveau divisés par deux en dix ans, perdant du même coup 7 000 hectares. Même les Japonais, pourtant friand du primeur rhodanien commencent à mettre leurs gosiers en pédale douce : ils ont consommé cette année 5 % de volume en moins.

 Une nouvelle génération de viticulteurs arrive

 Toute une nouvelle génération de jeunes viticulteurs a beau se battre sur tous les fronts, à commencer par celui de la qualité, le beaujolais véhicule toujours, de ce fait, une image dégradée. Le consommateur boit pendant trois jours du primeur, puis passe à autre chose, oubliant que derrière, il existe d'autres vins qui eux, « ont fait leurs pâques » et qui ont une belle prestance.

 Et le vignoble est en crise, malgré le fait qu'un tiers de la production beaujolaise parte en primeur, soit 7 millions de litres en trois jours...

 Résultat : de nombreux viticulteurs sont obligés de mettre la clé sous la porte, on évoque même à mots couverts des suicides de vignerons pris à la gorge, désespérés.

 Un « Plan Beaujolais » à 5 millions d'euros

 C'est la raison pour laquelle le Conseil régional a voté une subvention de 3 millions d'euros, abondés par le Département du Rhône et les collectivités locales : 5 millions d'euros pour tenter de remettre sur pied cette appellation qui ne se voit pas sortir de la crise.

 Ainsi, le jour du déblocage du beaujolais primeur, la région Auvergne-Rhône-Alpes a fait voter un plan d'aide.

 Objectif : moderniser, restructurer ce vignoble et enfin réussir à revaloriser son image de marque.

 Lourde tâche !

 Un travail que l'interprofession beaujolaise a pourtant commencé à mener en mettant systématiquement en avant, non pas le beaujolais nouveau, mais les dix crus et en personnalisant les beaujolais-villages avec des mentions comme celles des « Pierres dorées » par exemple.

 Il s'agit de faire comprendre au consommateur que l'on peut consommer du beaujolais non pas trois jours par an, seulement, mais en toute saison.

 La nouvelle génération de viticulteurs va-t-elle sauver le beaujolais ? C'est probablement ce qui va se passer. C'est même ce qui est en train de se passer...

 Déjà des frémissements se font sentir. L'image commence à bouger.

 Depuis le début de l'année, les ventes de beaujolais ont progressé de 5 % en volume et de 6 % en valeur à 80,2 millions d'euros, alors que l'ensemble des AOP françaises est en retrait de 2,6 % en volume.

 A prix doux, les Beaujolais commencent à redevenir attrayants

 Ce « Plan Beaujolais » arrive sans doute au bon moment pour accompagner une inflexion que l'on sent poindre. D'autant que le marché redevient demandeur.

 Les bourgognes dont la production a chuté voient leurs prix grimper, rendant les Beaujolais, à prix doux du fait de la crise, redevenir attrayant.

 L'appellation ne doit pas cette fois, passer à côté de ce « Plan Beaujolais ». Gageons que la jeune génération de viticulteurs va veiller au grain...

Publiée le 21 nov. 2016 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'édito de la semaine
Oenonews

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT