Créé par un étudiant d'EM Lyon, Geolid comptera près de 200 salariés à la fin de l'année

Dominique Largeron

La crise n'empêche pas les success story. Tout dépend du secteur. Proposant aux sociétés de services, artisans et commerçants, une publicité extrêmement ciblée sur Internet avec des engagements de performance à la clef, la jeune entreprise créée il y a quatre ans seulement et qui nécessite beaucoup de main d'œuvre, voit son chiffre d'affaires doubler chaque année, ses effectifs suivant une pente similaire.

Créé par un étudiant d'EM Lyon, Geolid comptera près de 200 salariés à la fin de l'annéeGautier Cassagnau

 Le développement de l'entrepreneuriat chez les étudiants peut amener de belles réussites. En témoigne la société lyonnaise Geolid. En 2008, Gautier Cassagnau, un Béarnais qui, parallèlement à ses études à EM Lyon, avait créé en compagnie d'un autre étudiant, Guillaume de Neuvier, sa société dans un domaine à la frontière de la publicité et de l'Internet, s'était retrouvé sur le podium des lauréats du concours « Campus Création ». Un trophée qui chaque année récompense l'initiative entrepreneuriale d'un étudiant ou d'un jeune diplômé.

 Un peu plus de quatre ans plus tard, Geolid affiche 115 salariés au compteur dont une bonne moitié à Lyon. Cette jeune entreprise lyonnaise devrait afficher son premier exercice positif en septembre. Un fort joli parcours récompensé le 15 mai dernier par un nouveau trophée : le prix Lyon Ville de l'Entrepreneuriat, cette fois, récompensant l'entreprise étudiante ayant créé le plus d'emplois. A cet égard, il n'y a pas photo !

 La sortie du rouge prévue pour septembre

 Rien d'étonnant, Geolid qui a levé 1,8 million d'euros en 2010 auprès d'investisseurs connaît chaque année depuis sa création un doublement de son chiffre d'affaires :1,8 millions d'euros en 2011, 4 millions l'année dernière, 8 milions prévus cette année. L'entreprise qui n'a pas réalisé de bénéfices depuis sa création devrait pour la première fois atteindre l'équilibre en septembre 2013.

 Gautier Cassagnau est en train de mailler le territoire français : après Paris et les grandes métropoles, il s'attaque aux villes moyennes en y implantant des agences dans chacune d'entre elles : Grenoble, Dijon, Pau, etc.

 Pourtant le succès de Geolid ne provient pas d'un brevet ou de découvertes, « mais plutôt d'une somme de savoir-faire », assure le jeune patron.

 Comme souvent, il est allé puisé l'idée qui a fait le succès de Geolid aux USA. « Nous nous adressons aux commerçants, aux artisans de proximité qui recherchent des clients dans un rayon d'action relativement limité. Les propositions actuelles que sont les Pages Jaunes ou la Presse Quotidienne Régionale n'offrent pour eux aucune assurance de résultats. Nous à Geolid, nous nous engageons sur un résultat : notre particularité et notre succès tiennent au marketing de la performance. Par exemple, pour 500 euros, nous nous engageons auprès du plombier de quartier à lui trouver vingt nouveaux clients par mois.. »

 Des clients qui restent fidèles

 Un concept qui plaît puisque d'après Gautier Cassagnau, 70 à 80 % de ses clients renouvellent leur abonnement annuel.

 Pour assurer le suivi, Geolid propose à ses clients un système de suivi téléphonique : « Nous mesurons le nombre d'appels téléphonique après la publicité et nous enregistrons les conversations. »

 Quelle est la potion magique de Geolid ? « Nous ne faisons pas appel à des algorythmes sophistiqués : notre métier est composé de référencements basés sur des mots-clés et d'une multitude de savoir faire basés sur de la publicité hyperlocalisée sur Google, Facebook ou Twitter », précise Gautier Cassagnau.

 Ses équipes vont ainsi par exemple rechercher pour accompagner un garage automobile, des sites qui comme à Dijon par exemple, indiquent les meilleurs garages de la ville qui accueillera ensuite de la publicité. « Nos clients ne demandent parfois de la visibilité que sur un simple quartier. Pour d'autres, ce sera sur un arrondissement. Notre métier demande de l'innovation marketing permanente », lance-t-il.

 La contrepartie des process mis en œuvre par Geolid-ils ne sont pas mécanisables- repose sur un personnel important. D'où le fort nombre de salariés de l'entreprise qui doit recruter à tour de bras : près de quatre-vingts salariés cette année dont une moitié en Rhône-Alpes. « Notre métier nécessite en permanence une main d'œuvre importante et une forte consommation de capitaux pour les investisseurs qui croient en nous », reconnaît Gautier Cassagnau.

Un marché de 700 000 TPE

Fort de son succès et avant de réfléchir éventuellement à sortir des frontières de l'Hexagone, Gautier Cassagnau entend poursuivre le maillage du territoire national. « Notre marché potentiel comprend près de 700 000 clients. Nous n'en avons pour l'heure que... trois mille. Notre capacité de développement reste donc très vaste », assure le Pdg dont le métier ne connaît pas la crise.

Ce dernier n'en revient d'ailleurs pas encore : « Cela fait quatre ans que nous existons et personne n'est encore venu nous concurrencer sur notre terrain ! » A force de se mettre dans la lumière en récoltant les trophées, il pourrait tout de même finir par faire des émules...

Photo (DR)-Gautier Cassagnau, Pdg de Geolid.

Publiée le 26 mai 2013 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour


 
HAUT