Dernières infos

Le terme de 50 ans d'histoire : la Cité des Antiquaires à Villeurbanne fermera ses portes fin août

Le terme de 50 ans d'histoire : la Cité des Antiquaires à Villeurbanne fermera ses portes fin août

C'est en 1967 qu'un chineur lyonnais, Maurice Bramy installait un entrepôt divisé en plusieurs stands. Un succès : le site, une ancienne usine, se couvre de pas moins de 150 stands d'antiquaires.

 Très précisément, cinquante années plus tard, ce « Marché Bramy » de l'époque devenu en 1980, « la Cité des Antiquaires » va fermer ses portes. Très progressivement, au cours de l'été, entre juillet et août, marquant le terme d'un demi-siècle de chie, boulevard de Stalingrad à Villeurbanne.

 Vingt-six propriétaire de stands ont déjà revendu leurs locaux au promoteur lyonnais Gilbert Giorgi qui possède déjà la moitié de la surface, louée à d'autres antiquaires, au nombre de seize. Il nereste plus aux marchands qu'à vendre d'ici là leurs réserves.

 Pourquoi ce dénouement que beaucoup craignaient ?

Parce que cette Cité des Antiquaires, guère valorisée, guère médiatisées, même si elle attirait encore des acheteurs, notamment étrangers, connaissait néanmoins une désaffection croissante : de 150 marchands, lors de la création de la « Cité des Antiquaires », en 1980 ; le nombre est tombé à 130 dix ans plus tard, à 42 seulement, aujourd'hui.

Et ce, sur une superficie de 4 000 m2 au rez-de-chaussée et 1 800 m2 au premier étage, déserté, qui s'avérait surdimensionnée.

 Les explications de cette fermeture annoncée sont multiples : manque de diversification vers la décoration et pourquoi pas l'art contemporain, le développement des ventes sur le Web, la relance des Puces du canal ; et surtout, la désaffection des clients, notamment américains, depuis la crise de 2008 ont donné le coup de grâce. De profundis.

Publiée le 15 mai 2017 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
L'article du jour

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT