Toute l’actualité Lyon Entreprises

6,8 M€ de rabais : l’association de contribuables Canol s’interroge sur l’immeuble HLM acheté par la Métropole et revendu beaucoup moins cher…

Robert Cambet, président de l’association de contribuables lyonnais Canol est perplexe.

« C’est en toute discrétion-elle se réunit à huis-clos, sans public et sans journalistes-que la commission permanente de la Métropole de Lyon du 22 février a voté l’achat d’un immeuble situé rue Bugeaud à Lyon pour 13, 6 millions d’euros. Très rapidement, cet immeuble occupé a été revendu à la société HLM Immobilière Rhône-Alpes pour la somme de 6,8 millions d’euros, soit une perte sèche de 6,8 millions d’euros pour la Métropole », s’étonne-t-il.

Il en connaît la raison revendiquée par l’exécutif de la Métropole : «  augmenter le parc de logements sociaux. »

D’où les questions que posent les contribuables lyonnais : «  L’acheteur est un promoteur privé. Pourquoi ce cadeau de 6,8 M€ ?  Qui a fixé le prix ? Les Domaines ? Qu’est-ce qui différencie un logement privé d’un logement social en la circonstance ? Seulement le nom du propriétaire ?Cette opération fait-elle partie d’un plan d’ensemble de rachat d’immeubles pour les rendre « sociaux » ? A-t-on chiffré le coût pour les contribuables ? » Et dernière question : « Où s’est située la concertation ? On dirait plutôt : discrétion et précipitation ! »

Ce rab ais a également amené une vive réaction des élus d’opposition dont Pascal Blache, maire du 6ème arrondissement où est situé cet immeuble pour qui, il s’agit là tout bonnement « de gabegie financière ».

Pour Béatrice Vessiller, vice-présidente EELV du Grand Lyon, en charge de l’urbanisme et du cadre de vie, c’est le prix à payer  pour créer du logement social dans un arrondissement qui en manque cruellement. Il est en effet en dessous de l’obligation de la loi SRU des 25 % de logements sociaux.

L’objectif de l’exécutif est de construire 6 000 logements HLM pendant la mandature.

La vice-présidente reconnaît « l’importance de la décote » Mais pour elle, : ” aucun bailleur social ne pouvait acheter 13 millions d’euros ce bâtiment “.

La fin en l’occurrence justifie-t-elle les moyens ? A ce tarif, les 6 000 logements sociaux à venir escomptés risquent de coûter une petite fortune…