Toute l’actualité Lyon Entreprises

Derrière les 4,8 millions de visiteurs affichés au Grand Hôtel-Dieu, après un an d’ouverture, se cache une réalité, pour l’heure : on y va plus pour visiter que pour consommer. Toutes les boutiques et restaurants ne sont pas logés à la même enseigne, celles qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont plutôt haut-de-gamme. Il faudra pourtant attendre la suppression de tous les échafaudages et l’ouverture complète du site avec l’hôtel InterContinental et la Cité de la Gastronomie pour poser un diagnostic définitif. Il devrait alors y avoir 7 millions de visiteurs. Mais combien de consommateurs ?

Patrick Muller, le directeur du Grand Hôtel-Dieu lâche un chiffre conséquent à l’heure du premier bilan du nouveau site lyonnais qui a pour la 1ère fois ouvert ses portes le 27 avril 2018 : 4,8 millions de visiteurs ont déjà découvert le site.

 Certes, il reconnaît qu’il s’agit essentiellement de visiteurs, des touristes, en grand nombre lors des périodes scolaires, mais aussi, en dehors de celles-ci, des Lyonnais qui découvrent ou plutôt redécouvrent, eux aussi, le lieu où parfois ils sont nés.

 Des visiteurs qui, comme le mot l’indique visitent d’abord le Grand-Hôtel Dieu avant d’y consommer. On sait qu’en la matière, parfois les habitudes de consommation sont longues à s’instaurer et que tout dépend de l’offre proposée.

 A l’heure du premier bilan, tous les commerces installés n’explosent pas tous de joie. Comme en témoigne le trio d’enseignes qui marche le mieux, Citadium (une enseigne du Groupe Printemps, spécialisée dans le street wear), Aroma Zone (produits cosmétiques bio et naturels) et AMPM (une enseigne premium de mobilier et de déco du groupe La Redoute), c’est plutôt le haut de gamme qui, en phase avec le site, attire le plus.

Qui, pour remplacer la Grande Récré ?

 Pour l’heure, 90 % des surfaces commerciales sont ouvertes. On attend notamment le nom de l’enseigne qui devrait remplacer « la Grande Récré » qui, en redressement judiciaire, a fait faux bond. Pour Patrick Muller, l’annonce de l’enseigne qui occupera la plus grande cellule restante, devrait intervenir au cours des prochaines semaines.

Succès du « Grand Réfectoire »

 Côté restauration : une certitude, comme le confirme son directeur, Emmanuel Sailer, le « Grand Réfectoire » créé par les deux Lyonnais à l’origine du Hard Rock-Café ont une nouvelle fois vu juste : ce restaurant installé dans un cadre superbe a cartonné d’entrée. Il est désormais plus prudent de réserver. Au-delà même des prévisions.

 Le bar de nuit, à l’étage, en l’occurrence « l’Officine », connaît pour l’heure une moindre attraction.

 De même l’autre grande locomotive en matière de restaurant, le Buddha Bar, relativement peu fréquenté à midi, vit plus le soir et surtout le week-end, mais pour Patrick Muller « c’est surtout le concept qui veut çà ».

 Enfin, la dernière « brique » en date du Grand Hôtel-Dieu, les Halles situées côté Rhône qui ont levé le rideau le 19 décembre dernier, semblent assez bien parties, grâce à leur concept qui mêle la restauration sur le pouce à la vente de produits. Le « Bouchon des Halles » connaît lui aussi un bon démarrage.

 Reste qu’il est encore prématuré de tirer un bilan définitif, tant que le site n’est pas totalement terminé et qu’il accueille encore des échafaudages et des protections de chantier.

La Cour Saint-Louis bientôt ouverte au public

  « Nous allons bientôt ouvrir complétement la cour Saint-Louis, fermée pour l’heure ; on pourra également trabouler dans les coursives  ; on pourra alors traverser le site en restant tout le temps à l’abri ; et nous allons végétaliser l’ensemble »,  annonce Patrick Muller. Et d’ajouter, « Je peux également annoncer que la réhabilitation de la chapelle du Grand Hôtel-Dieu sera terminée en juin ».

 Mais surtout, ce sont les deux dernières briques annoncées pour cette année, en l’occurrence l’ouverture de l’Hôtel InterContinental en juin et la Cité de la Gastronomie à l’automne qui seront sans doute les plus capables de tirer le Grand-Hôtel-Dieu vers le haut.

A terme : 7 millions de visiteurs au Grand Hôtel-Dieu

 Ainsi, la Cité de la Gastronomie devrait drainer près de 300 000 visiteurs par an, selon Patrick Muller.

 Quand à l’hôtel InterContinental 5 étoiles, on peut raisonnablement tabler sur un sérieux coup de booster au site, vu la clientèle argentée et renouvelée en permanence qui le fréquentera. Et même si le nouvel hôtel va compléter encore l’offre gastronomique avec l’arrivée de 200 couverts supplémentaires.

 Sur place, cette clientèle renouvelée en permanence et à haut pouvoir d’achat pourra succomber aux offres présentes sur place et notamment celles haut-de-gamme.

 Selon les projections de Patrick Muller, en année pleine, une fois au complet, le Grand Hôtel-Dieu devrait drainer pas moins de 7 millions de visiteurs par an, devenant l’un des sites lyonnais, voire le site lyonnais le plus visité. Et l’on peut raisonnablement penser que dans le lot, un nombre suffisamment conséquent de visiteurs se muera alors en consommateur…