Toute l’actualité Lyon Entreprises

Atari (ex-Infogrames) ne sera bientôt plus lyonnaise

La très belle saga d’Infogrames initiée en 1983 par Bruno Bonnell n’aura bientôt plus Lyon comme cadre de jeu. Devenue depuis Atari, la société spécialisée dans les jeux vidéo qui avait installé ses locaux dans les « péniches » de Vaise en bord de Saône, devrait transférer le mois prochain son nouveau siège social, rue Taitbout dans le 9ème arrondissement de Paris. Seul, le studio maison, « Eden Games » et ses 120 salariés resteront les gardiens du mythe.

La nouvelle est tombée en pleine torpeur de l’été. Le 5 août dernier, les nouveaux responsables de la société Atari (ex-Infogrames) annonçaient qu’une résolution (la 13ème) allait être proposée aux actionnaires lors de la prochaine assemblée générale qui se déroulera le 30 septembre à Paris : elle propose le transfert du siège social de l’entreprise de la place Verrazzano à Lyon-Vaise pour le 78 rue Taitbout dans le 9ème arrondissement de Paris.

Un transfert qui marque une rupture dans l’histoire de cette société née et développée à Lyon, longtemps phare et très médiatisée, mais qui petit à petit depuis le départ de Bruno Bonnell s’est progressivement éloignée de la ville qui l’a vue naître.

Depuis quelques mois déjà, son Pdg, Jeff Lapin, est basé aux Etats-Unis, là où se situe désormais le plus gros de son marché. Le transfert du siège effectuée « pour des raisons d’économie » expliquent ses dirigeants, n’est donc pas surprenant.

C’est en juin 1983 que Bruno Bonnell, en compagnie de Christophe Sapet et de Thomas Schmider crée à Lyon une société de jeux vidéo au moment où ce tout nouveau marché commence à se développer. Rapidement sous l’égide de son Pdg, vite devenu une des stars entrepreneuriales lyonnaises, Infogrames, selon sa dénomination d’origine, devient une véritable success story. Elle multiplie les acquisitions : Ocean Software, GT Interactive, Hasbro, Shiny Entertainment… Mais parallèlement la dette finit par enfler à 540 millions d’euros.

Les exercices déficitaires succèdent alors aux exercices déficitaires. Le 15 novembre 2006, un plan de capitalisation est accepté : sauvant l’entreprise de la faillite, il introduit dans le capital le fonds d’investissement britannique Bluebay qui devient le premier actionnaire.

Le 5 avril 2007, le conseil d’administration évince le créateur historique, Bruno Bonnell, de son poste de Pdg, clôturant brutalement une saga de près de quinze ans. Il est remplacé successivement par Patrick Leleu, puis par David Gardner et plus récemment encore, suite au virage pris par l’entreprise vers les jeux massivement multi-joueurs sur ordinateurs PC (MMO), Jeff Lapin, un grand spécialiste de ce type de jeux.

Enfin, illustration de la rupture de plus en plus consommée avec l’entreprise telle qu’elle avait été créée par Bruno Bonnell, le 2 juin 2009, Infogrames adopte la nouvelle dénomination d’Atari. Du nom de la célèbre entreprise américaine rachetée en 2001 qui avec son mythique « Pong », le premier jeu vidéo au succès planétaire, a été à l’un des principaux pionniers des jeux vidéo.

Paradoxe donc, à l’heure où Bruno Bonnell toujours aussi vibrionnant, est revenu à Lyon cette fois dans un tout autre domaine, la robotique, avec une nouvelle société « Robopolis », l’entreprise à qui il a donné naissance prend le large. Il est vrai au moment même où après une dizaine d’exercices déficitaires, elle renoue avec les bénéfices.

Il ne restera plus pour maintenir à flot le mythe que la société de production-maison « Eden Games » qui développe des jeux vidéo pour consoles et elle aussi installée dans les « péniches » de Vaise. Elle emploie tout de même encore près de 120 personnes (pour 12,1 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008). Reste à savoir comment cette société spécialisée dans les jeux pour consoles va pouvoir s’insérer dans la nouvelle stratégie du groupe essentiellement axée sur les jeux online MMO, plus rentables.

Photo (DR) : Les “péniches” de Lyon-Vaise où est encore installé le siège d’Infogrames avant son transfert à Paris et qu’Eden-Games, le studio de création de jeux vidéo, a rejoint en 2008.