Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le principal événement du forum franco-chinois qui s’est déroulé la semaine dernière à Lyon a été constitué par l’accord entre SEB et diverses entreprises chinoises qui s’implanteront prochainement à Lyon dont Huawei et Ehang. L’objet de cet accord est matérialisé par le projet d’un « drone taxi » qui pourra transporter du public.

SEB, travaillant dans l’électroménager, Huawei, travaillant dans la technologie mobile, et Ehang, leader chinois du drone, se sont réunis pour signer un accord qui leur permettra de travailler ensemble dans la Métropole de Lyon. L’idée était de continuer à faire de Lyon une ville moderne et « smart ». Cet accord a eu également pour but de démontrer la forte relation existant entre Lyon et l’Empire du Milieu.

Lyon-Chine, une coopération entrepreneuriale qui entre en maturité

Depuis 2014 et la visite du président Chinois Xi Jin Ping, la relation entre Lyon et la Chine s’est considérablement renforcé. La visite du chef d’Etat Chinois avait eu comme résultat la création de l’Institut Franco-Chinois de Lyon, établissement de statut universitaire proposant des formations notamment sur la culture chinoise dont le mandarin.

Cette proximité entre les établissements d’enseignement supérieurs lyonnais et chinois sont principalement illustrés par le nombre de 3 000 étudiants en provenance de Chine.

Si de nombreuses entreprises chinoises ouvrent des locaux en France, La région Auvergne-Rhône-Alpes est l’une des plus accueillantes vis-à-vis d’elle.

Le « Drone Taxi », une révolution dans le transport

 L’implantation à Lyon de l’entreprise Ehang est discrète mais se présente comme un événement de taille.

Il s’agit pour l’instant de la seule implantation en Europe de l’entreprise qui présentait ce qu’elle appelle le « drone taxi ».

Ce drone capable de transporter une personne qui pourra le piloter de l’intérieur et qui pourrait également servir  pour livrer des repas ou la livraison d’achats en ligne, renforçant le concept de « smart city ».  Bref, peut-être à terme de devenir un nouveau moyen de transport.

Afin de créer cet appareil, Ehang a travaillé avec la technologie de Huawei.

Le drone a été présenté en vidéo lors d’une conférence consacrée à l’intelligence artificielle qui a notamment eu pour but de rappeler que la France fait partie des pays les plus avancés dans la matière, avec les Etats-Unis, la Chine et le Royaume-Uni.

Le forum a aussi cherché à faire passer le message : non, l’intelligence artificielle ne constitue pas un frein à l’emploi, comme le  décrètent certains observateurs, mais comme un créateur d’emploi.

 L’accord tripartite a aussi pour objectif de voir de plus en plus de jeunes Français se former dans la maîtrise de l’intelligence artificielle, une formation dont les effectifs pourraient être multipliée par trois d’ici trois ans.