Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le premier “innovation center” français de Bayer est lyonnais. Le groupe allemand a inauguré vendredi 17 novembre son nouveau centre de R&D dans le neuvième arrondissement de Lyon.

Pour marquer les 50 ans du site du Centre de Recherche & Développement de La Dargoire (CRLD), Bayer a investi 2 millions d’euros dans un nouvel Innovation Center. Dédié à l’agriculture, celui-ci vient renforcer le CRLD en misant sur l’innovation, les échanges et la transparence.

“On a rajouté un outil supplémentaire avec ce centre”, affirme Rachel Rama, directrice du centre de recherche de la Dargoire. “On veut booster l’innovation, et c’est pourquoi on a décidé d’ouvrir ce lieu collaboratif, où des organismes d’univers variés pourront venir travailler conjointement. Nous ambitionnons aussi d’accueillir des start-ups spécialisées dans le numérique.”

Structuré autour de trois piliers (science, innovation et coopération), l’Innovation Center est en effet ouvert à toutes les parties prenantes du monde agricole, scientifique, universitaire, politique, économique ainsi qu’aux médias et au grand public.

Frank Garnier, président de Bayer France, a également rappelé l’ambition du groupe, qui est “d’accompagner les agriculteurs pour les aider à produire de façon durable des denrées saines et sûres à des prix abordables. Il faut repenser le modèle agricole français, et cela implique, notamment pour nous, de créer des espaces d’échanges où dialoguer et confronter nos points de vue avec toutes les parties prenantes.”

Faire preuve de transparence

L’autre objectif du groupe est de relancer la communication avec le grand public et les médias, de plus en plus méfiants vis-à-vis des produits phytosanitaires. Un défi de taille, d’autant plus que le groupe allemand est sur le point d’acquérir Monsanto, aujourd’hui empêtré dans l’affaire des Monsanto Papers.

Frank Garnier a tenu à rassurer en affirmant que le glyphosate “n’est pas un produit important pour Bayer. Il est néanmoins utile dans certains cas, mais notre objectif est de l’utiliser en “micro-application”, c’est-à-dire de manière vraiment infime.”