Toute l’actualité Lyon Entreprises

Bonne nouvelle pour l’industrie d’Auvergne-Rhône-Alpes : 480 millions d’euros pour la 5 G en entreprise

On parle beaucoup de l’usage de la 5G pour les particuliers, mais peu de son utilité pour les entreprises. Or, c’est là que le nouveau standard est le plus efficient, permettant la mise en œuvre complète de l’usine 4.0 ou “usine du Futur”

A cet égard, il est intéressant d’apprendre que dans le cadre du Plan de relance, l’Etat a décidé d’allouer 480 millions d’euros à l’usage de la 5 G dans l’entreprise.

Sachant qu’Auvergne-Rhône-Alpes est la première région industrielle de France, cette manne va permettre d’accélérer tous les processus en cours pour développer dans la région, l’usine du Futur.

Le but est d’aider à la mise en place de ce réseau et de cas d’usages industriels, et de réfléchir aux futures technologies de réseaux de télécommunications.

“La 5G est un pilier de l’industrie 4.0 et de l’usine du futur : la mobilisation de nos industriels autour de la 5G et de ses usages est clef pour la compétitivité de notre pays et représente une véritable opportunité pour créer des emplois pérennes dans nos territoires”, assure ainsi Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie.

Création de 20 000 nouveaux emplois ?

Le gouvernement estime que cette stratégie permettra de créer jusqu’à 20 000 nouveaux emplois à l’horizon 2025.

Au total, ledit gouvernement souhaite donc mobiliser 480 millions d’euros pour soutenir des projets jugés prioritaires d’ici 2022 et jusqu’à 735 millions d’euros d’ici 2025.

Ces fonds publics proviennent du 4ème programme d’investissement d’avenir (PIA) et du plan France Relance.

Ces sommes ne sont en fait pas totalement nouvelles, mais le gouvernement n’avait pas encore détaillé les montants précis qui seraient investis dans la 5G.

Ces fonds publics doivent, par effet de levier, mobiliser des fonds privés pour un investissement total qui pourrait s’élever à 1,7 milliard d’euros d’ici 2025.

La stratégie du gouvernement repose sur quatre axes : le soutien au développement des usages 5G au profit des territoires et de l’industrie ; le développement de solutions françaises sur les réseaux télécoms ; la consolidation des forces de recherche et développement sur les futures technologies de réseaux ; et enfin, le renforcement de l’offre de formation.

Vingt-et-un projets déjà retenus

En septembre dernier, le gouvernement a lancé un appel à projets pour soutenir le développement d’applications innovantes dans la 5G.

Cet appel à projets a conduit à sélectionner 18 lauréats qui se partagent un total de 260 millions d’euros d’investissements, dont 83 millions d’euros de financements publics.

Trois autres projets seront soutenus pour un investissement total de près de 19 millions d’euros, dont un peu plus de 10 millions d’euros de financements publics.

Deux d’entre eux sont auralpins et même précisément isérois : le projet “Pirana” porté par Kalray (siège : Montbonnot-Saint-Martin, en Isère) et le projet “5G for IoT” porté par Adeunis (siège social à Crolles, en Isère).

Une mission sur “la 5G “industrielle

Un appel à manifestation d’intérêt “Solutions souveraines pour les réseaux de télécommunications” est d’ailleurs toujours ouvert.

Enfin, le gouvernement va également lancer en septembre prochain une mission sur la “5G industrielle”.

Son objectif est de favoriser le dialogue entre les industriels et les télécoms et “inciter l’ensemble des acteurs de l’écosystème à se saisir des opportunités offertes par la 5G”.

La “5G”, nouvelle frontière industrielle ?