Toute l’actualité Lyon Entreprises

Commerçants, hôteliers, restaurateurs manifestent. Seuls ouverts, la moitié des hôtels de la Métropole lyonnaise pourraient à nouveau fermer…

Entonnant le slogan “Laissez-nous travailler”, lundi 9 novembre au matin près de 400 commerçants, hôteliers et restaurateurs lyonnais revêtus de noir ont manifesté devant les grilles de la préfecture du Rhône à Lyon.

“La semaine prochaine, nous serons 5 000”, lance Laurent Duc, le président de l’Umih. Ce représentant des hôteliers et restaurateurs était présent aux côtés de Christophe Marguin (Les Toques Blanches), de la FNH et de l’HRA (mode & habillement) et de nombreux commerçants de proximité (fleuristes, bijoutiers, maroquineries, coiffeurs, chaussures)…

Lors de cette manifestation, plusieurs dizaines de personnes, ont déposé un cercueil, symbole de la mort de leurs entreprises, conséquence, estiment-ils des mesures de (re)confinement.

“Coup de barre pour les bars”

“L’Etat nous condamne”, “Coup de barre pour les bars”, “La mort pour les salles de sport” , pouvait-on lire sur les écriteaux brandis dans le cortège à l’occasion de cette manifestation, la deuxième par ailleurs en une semaine, illustrant une montée en puissance de l’exaspération.

Cette manifestation était rejointe par les Toques Blanches lyonnaises, venue pour défendre les métiers de la gastronomie lyonnaise.

Si tous, bars, restaurants, commerces de proximité dits “non essentiels” sont fermés, les hôtels sont les seuls pour l’instant à pouvoir rester ouverts. Nous sommes plus de 60 % à rester ouverts ; et ce, malgré des taux de remplissage de nos hôtels qui ne dépassent pas les 10/20 % “, détaille Laurent Duc, le président de l’Umih.

Si de grandes enseignes comme le Sofitel Lyon Bellecour ou l’Intercontinental sont toujours ouverts, de plus en plus d’établissements hôteliers se voient contraints, faute de clients à baisser à nouveau le rideau.

Lyon Métropole, la Villa Florentine fermés

C’est le cas du groupe lyonnais Arteloge qui a déjà dû notamment fermer ses deux fleurons : l’hôtel Lyon Métropole et son spa. “Nous allons en profiter pour engager d’importants travaux sur le spa que nous avions prévus de lancer”, explique Hervé Philippon, le directeur du groupe Arteloge.

Autre fermeture, également pour Arteloge la Villa Florentine, là encore, faute de touristes.

“Les deux seuls hôtels du groupe qui restent ouverts sont le Park Saône et le Park Est ; il reste encore un peu de clientèle business”, soupire Hervé Philippon.

Et d’ajouter : “Nous souhaitons rouvrir en décembre, si ça s’avère possible, mais ce sera alors au coup par coup…”

Hervé Philippon fait cependant preuve d’un relatif optimisme. “L’affluence est repartie rapidement après le premier déconfinement. Je pense qu’il en sera de même lors du prochain : les gens vont avoir une forte appétence à ressortir. Nous faisons le dos rond jusqu’à la fin de l’année ; en espérant un redémarrage en mars/avril…”

Pour Laurent Duc, “ si la situation perdure, à la fin de cette semaine, il ne restera plus que la moitié des hôtels de la Métropole à rester ouverts.”

Pour le président de l’Umih qui défend également les bars et restaurants, “Nous voulons à nouveau rouvrir nos portes dans des conditions sanitaires, même accentuées et responsables. On n’a découvert jusqu’à présent, aucun cluster dans nos hôtels ou nos restaurants, alors !”