Toute l’actualité Lyon Entreprises

Créée par Olivier Laurent en 2012, Copark offre une solution de parking partagé en BtoB. Installée dans la Tour du Web, la jeune start-up a vocation à grandir vite.

A la Tour du Web, ça bouillonne en permanence. Sur les quatre étages du bâtiment, ça va, ça vient, on parle, on rit, on échange, on travaille. Au milieu de cette vingtaine d’entreprises, la start-up Copark est l’une de celles qui prend le moins de place. Qui fait le moins de bruit aussi. Gaëlle Bats et Olivier Laurent sont concentrés sur leur travail.

“On est là depuis le début”, déclare Gaëlle Bats, la directrice marketing. “Ici, on a trouvé une émulation, un foisonnement, c’est ce qu’on recherchait. Tous seuls, dans un petit bureau, on ne serait pas arrivés là où on en est aujourd’hui.”

Mais où en sont-ils exactement ? Créée en 2012, Copark a pour but de simplifier et de fluidifier le stationnement grâce à une application mobile qui permet à l’utilisateur de réserver et payer une place de parking via son smartphone. Elle leur propose des places dans des parkings privés aux heures où ceux-ci sont en partie vides.

La start-up compte aujourd’hui quelques clients, dont Lyon Parc Auto et envisage de s’étendre sur l’ensemble du marché français.

De nombreux avantages à la Tour du Web

Installée depuis le début à la Tour du Web, Gaëlle et toute l’équipe de Copark ne regrettent pas leur choix. “Ca nous permet d’accéder à tous les meet-ups, les conférences, en plus de l’émulation entre entreprises que cela procure. On a de la chance d’avoir l’information qui vient à nous, de pouvoir se former, rencontrer des gens et faire du business …”, affirme-t-elle.

En plus de ce foisonnement et de cet accès privilégié aux événements importants, la Tour leur permet de bénéficier d’un loyer peu élevé. Un aspect important dans le développement d’une entreprise. “Le bail précaire offre une grande flexibilité. C’est difficile pour une start-up de prendre un espace très grand au début, on n’en avait pas les moyens. On risque de grossir très vite, mais on pourra déménager dans un autre endroit de la tour”, souligne Gaëlle Bats.

Aujourd’hui, Copark cherche encore à lever des fonds pour accélérer son développement, et planche également sur un nouveau projet destiné aux entreprises. La petite pousse n’a pas fini de grandir.