Toute l’actualité Lyon Entreprises

Coronavirus :  les sept usines du lyonnais Seb actuellement fermées en Chine

Les entreprises de la Métropole lyonnaise commencent à être touchées à leur tour par l’épidémie de coronavirus dont l’épicentre est situé dans la ville de Wuhan en Chine. Wuhan est justement une ville où le leader mondial du petit électroménager possède une usine. Il en compte aussi six autres en Chine, pour l’heure, toutes fermées. Seb vend plus en Chine qu’en France…

La métropole chinoise de Wuhan d’où est parti l’épidémie de coronavirus compte plus de 500 usines, ce qui fait d’elle la treizième ville industrielle du pays.

Seb (Ecully) le leader mondial du petit électroménager y est implanté depuis 2007, à travers sa très importante filiale Supor.

Il s’agit même d’une très grosse unité de fabrication qui actuellement est fermée.

La direction de Seb précise en effet que, comme chaque année, les locaux du groupe sont actuellement fermés en raison des festivités du nouvel an chinois.

Le groupe ajoute qu’au vu des circonstances exceptionnelles et conformément à la demande des autorités chinoises ses usines resteront fermées jusqu’au 10 février.

Fermé jusqu’à nouvel avis des autorités

L’usine de Wuhan restera, quant à elle, portes closes jusqu’à nouvel avis des autorités.

Il est en revanche prévu d’ouvrir les bureaux dés le 3 février, le télétravail pourra être mis en place pour la plupart des salariés jusqu’au 10 février.

Seb précise en outre qu’il a interdit les voyages depuis la semaine dernière en direction et en provenance de Chine et n’a actuellement aucun expatrié ni employé en mission sur le territoire Chinois.

Aucun salarié déclaré malade

La direction ajoute: « Supor, en Chine, a mis en place un système de suivi de l’état de santé des employés. Jusqu’à présent, aucun de nos employés n’a été déclaré malade. »

Le Groupe Seb assure enfin « être pleinement mobilisé pour mettre en œuvre les mesures appropriées pour prendre en charge ses collaborateurs où qu’ils se trouvent, en totale coopération avec les Autorités. »

Tel est le revers de la médaille pour des entreprises très mondialisées comme Seb qui induit une forte sensibilité à la conjoncture économique, notamment sur trois marchés : Chine –sous la marque Supor, donc-, Japon et Corée.

Suite à son développement dans l’Empire du Milieu, le fabricant français de produits de petit électroménager vend plus en Chine qu’en France. Seb a en effet réussi à faire fortement  croître la marque chinoise Supor qu’il a acquise de haute lutte en 2007 : elle compte près de 45 000 points de vente ! Il y vend notamment des articles culinaires (casseroles, boîtes de rangements…), mais aussi des produits culinaires électriques (cuiseurs de riz, bouilloires, photo).

L’épidémie n’a pas eu d’impact sur les finances de Seb en 2019. Après un dynamique début d’année, Seb confirme son objectif pour l’année écoulée, celui d’une croissance de ses ventes et du résultat, malgré des investissements industriels soutenus en Chine, en Suisse et en France.

Quid de 2020 ? Tout dépendra de la durée de l’épidémie…

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail