Toute l’actualité Lyon Entreprises

Covid-19-Laurent Wauquiez investit 10 millions d’euros dans des purificateurs d’air “made in Auvergne-Rhône-Alpes”

Laurent Wauquiez a fait de la lutte contre la propagation du coronavirus l’une de ses priorités de fin de mandat.

“Il y a un angle mort complet dans cette épidémie en France, c’est l’absence d’attention à l’un des coefficients majeurs de transmission : l’air”, a ainsi indiqué Laurent Wauquiez, prenant comme exemple à suivre “l’Allemagne qui investit”.

“On ne va pas attendre que ça bouge au niveau national. Il faut purifier l’air dans un maximum d’espaces clos de la Région. Avec l’hiver, le danger sera plus important”, a poursuivi l’élu.

Pour ce faire, le président de la région a annoncé une enveloppe de 10 millions d’euros pour équiper les 565 lycées publics et privés du territoire de ces dispositifs et en cofinancer d’autres dans les écoles et bâtiments publics.

L’enveloppe se partage en cinq millions d’euros pour mettre en place ces dispositifs dans les 565 lycées publics et privés du territoire ; et cinq millions d’euros pour cofinancer, avec d’autres collectivités, ces équipements dans les écoles des communes, par exemple, mais aussi les étendre dans les médiathèques, bibliothèques, maisons de santé..

Il souhaite un déploiement rapide. “L’objectif est un déploiement rapide, avec des tests à blanc pendant les vacances scolaires de la Toussaint pour une mise en œuvre à la mi-novembre”, indique -t-il.

Il précise que ces appareils seront made in Auvergne-Rhône-Alpes. “D’ici à un mois, l’objectif est d’avoir mis en place 4 000 à 5 000 installations “.

Trois solutions de purification ont été retenues.

La première, c’est la purification par l’ozone. Très efficace, elle vient à bout du Covid-19, mais aussi des autres bactéries comme celle du virus de la grippe. L’ozone étant dangereux pour l’homme, il faudra donc procéder à la purification lorsque les salles sont vides.

La deuxième solution consiste dans le rayonnement UV-C qui, grâce à des lampes germicides, produit le même résultat. Avec les mêmes contraintes de ne surtout pas la mettre en œuvre quand une personne est dans la pièce.

Enfin, le troisième dispositif fait appel à la photocatalyse, un procédé déjà utilisé pour les chaudières au gaz ou les moteurs de voiture.