Toute l’actualité Lyon Entreprises

A contrario d’un certain nombre de collectivités, la région Rhône-Alpes maintiendra ses investissements à hauteur de 600 millions d’euros en 2015. Ils devraient même être légèrement supérieurs à ceux de 2014.

A l’instar de toutes les collectivités, la région Rhône-Alpes perdra des recettes : près de 50 millions d’euros, l’année prochaine.

Mais assure Jean-Jack Queyranne son président, « nous allons faire porter nos efforts sur les dépenses de fonctionnement qui vont diminuer car nous n’entendons pas du tout toucher aux investissements ».

Et d’ajouter : « C’est un signal politique que nous désirons lancer : nous souhaitons participer au soutien de l’économie 

Une hausse de près de 2 %

 Ces investissements programmés à 600 millions d’euros pourraient même être en hausse de 2 %, soit, si l’on prend l’inflation en compte, en réalité, d’un peu plus de 1 %.

Telle est l’une des informations que communiquera aux élus régionaux l’exécutif régional à l’occasion de la session qui se déroulera les 11 et 12 décembre au siège de la région à Lyon-Confluence.

Au programme de cette session figure la discussion sur les orientations budgétaires, un premier tour de chauffe sans conséquence puisqu’il n’y aura pas de vote, mais qui permettra à chacun des groupes politiques de s’exprimer. Ils n’y manqueront sans doute pas car les élections destinées à renouveler l’exécutif régional se rapprochent : elles auront lieu en décembre 2015

Le vote effectif du budget, lui, est programmé pour fin janvier : ce sera le dernier de l’actuelle mandature.

Reste que ce budget annoncé devrait résonner favorablement aux oreilles des chefs d’entreprise qui n’ont de cesse, actuellement, d’exhorter les collectivités à ne pas sabrer dans leurs investissements qui font vivre nombre d’entreprises.

A quoi serviront ces 600 millions d’euros ?

Pour un tiers de cette somme, ils bénéficieront aux lycées : une des compétences de la région qui gère un patrimoine très important : près de 4,3 millions de mètres carrés.

Dans cette optique un prêt de 500 millions d’euros a été souscrit auprès de le la BEI (la Banque Européenne d’Investissement).

Ces fonds sont destinés au financement de travaux de modernisation et de rénovation, en cours ou achevés d’ici 2018, dans les lycées, les Centres de formations des apprentis (CFA) et les Instituts de formations sanitaire et sociale (IFSS) de la région.

La BEI s’est engagée à accompagner la Région dans ce programme d’envergure par une enveloppe financière qui pourrait atteindre jusqu’à 1,05 milliard d’euros.

Un quart de ces 600 millions d’euros sera dévolu au ferroviaire, via notamment l’acquisition de matériels ferroviaires, en l’occurrence de nouvelles rames TER signés du fabricant québécois Bombardier.

2015, l’année de la renégociation de la convention avec la SNCF

 « Cette année 2015 sera également celle de la renégociation de notre convention avec la SNCF : un objectif majeur pour nous », lance Jean-Jack Queyranne.

Autre dossier chaud : le nœud lyonnais et l’agrandissement de la gare de la Part-Dieu. Une rencontre sur ce thème s’est récemment déroulée dans le bureau de Manuel Valls, premier ministre, en compagnie de Jean-Jack Queyranne et du préfet de région, Jean-François Carenco. L’objectif est d’éviter l’enlisement de ce dossier.

La partie restante de ce budget de 600 millions d’euros sera consacrée à l’économie. Dans ce cadre, l’investissement dans le numérique à très haut débit pèsera lourd : la mise à niveau de la région en la matière représente une enveloppe totale de 300 millions d’euros d’ici 2020.

S’y ajoutent l’aide au chômeurs, la politique de solidarité avec les territoires et notamment les différentes mesures mises en œuvre autour du plan de route économique de la Région : la désormais célèbre « Stratégie Régionale d’Innovation » (SRI) qui constitue le plan de route économique. Lancée cette année, cette politique régionale devrait trouver sa vitesse de croisière en 2015.