Toute l’actualité Lyon Entreprises

Business France vient de publier son rapport annuel des investissements étrangers dans l’Hexagone.

Dans ce cadre, Auvergne-Rhône-Alpes s’affirme en tant que 2ème région d’accueil des investissements étrangers en France, avec 172 projets en 2018. Ces projets, en hausse de 11,7 % par rapport à l’année 2017 contre 2 % à l’échelle nationale, permettront de créer ou sauvegarder 3 796 emplois.

Selon le rapport de Business France, la région Auvergne-Rhône-Alpes arrive en tête des régions les plus attractives de France pour les projets de production, avec 50 projets répertoriés.

Un résultat d’autant plus positif lorsque l’on sait que la production représente près de 50 % du total des emplois créés ou maintenus (1 743 emplois). La région arrive également en 2ème position en termes d’accueil des projets de R&D, juste derrière l’Île-de-France.

Le secteur manufacturier a le vent en poupe

1ère région industrielle de France en termes d’emplois, Auvergne-Rhône-Alpes assoit ainsi sa position. En 2018, 62 % des projets d’investissement provenaient ainsi du secteur manufacturier.

Des projets qui représentent 61 % de la totalité des emplois, et 100 % des emplois maintenus.

Comme l’année dernière, une large majorité de projets ont pour investisseurs des entreprises européennes.

L’investissement des pays européens concerne 105 projets sur les 172 comptabilisés, pour plus de 2 800 emplois créés ou maintenus.

L’Allemagne est le premier pays investisseur en 2018, représentant 16 % des projets et 17 % des emplois. On retrouve en 2ème position les États-Unis avec 15 % des projets et 8 % des emplois, suivis par la Suisse avec 9 % des projets

Quelques exemples d’entreprises qui se sont implantées ou développées en Auvergne-Rhône-Alpes en 2018 :

Punch Powertrain

Début 2018, l’entreprise belge Punch Powertrain, fournisseur de systèmes de transmission complets et propriété du groupe chinois Yinyi depuis 2016, a racheté Apojee, devenu depuis Punch Powertrain France.
Installée à Clermont-Ferrand, l’entreprise est spécialisée dans l’électronique de puissance, les calculateurs embarqués et l’allumage-combustion.
Elle travaille principalement pour l’industrie automobile, et a notamment participé au développement des composants de la Zoé, la voiture électrique commercialisée par Renault. Avec cette acquisition, Punch Powertrain entend se faire une place sur le marché de la propulsion hybride et électrique.
 Punch Powertrain France emploie 70 salariés sur ses deux sites de Clermont et de Nice. Suite à son rachat, la PME a créé 26 emplois sur son site puydômois, et envisage une cinquantaine d’embauches supplémentaires dans les trois ans à venir.
Afin de faire face à cette croissance, l’équipe clermontoise s’apprête à déménager de quelques centaines de mètres, pour s’installer dans des locaux plus grands.

Allergan

Le groupe pharmaceutique américain Allergan, spécialiste des produits de comblement des rides employant plus de 500 personnes en France, a annoncé en janvier 2018 un investissement de 48 millions d’euros sur son site de Pringy-Annecy, en Haute-Savoie.
Cet investissement doit permettre d’augmenter de 40 % la capacité de production du site, qui produit à l’heure actuelle 12 millions de seringues de gel hyaluronique par an. Suite à cette annonce, la première pierre d’un nouveau bâtiment dans lequel seront installées de nouvelles lignes de production a été posée en octobre en présence de Bret Saunders, le Pdg du groupe.
Allergan s’est implanté à Pringy en 2006, suite au rachat du laboratoire français Cornéal spécialisé en acide hyaluronique.
Depuis, 100 millions d’euros ont été investis sur ce site qui emploie aujourd’hui plus de 300 salariés, dont une quarantaine de chercheurs, et réalise plus de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires.
 Suite à ce nouvel investissement, le groupe envisage la création d’une centaine d’emplois supplémentaires d’ici 2024. En 2018, 25 emplois ont été créés.

Huawei

L’entreprise de télécommunications Huawei a annoncé en novembre avoir choisi Grenoble pour y implanter un centre de R&D dédié aux capteurs et logiciels de traitement parallèle. Le groupe chinois se rapproche ainsi du fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics, son principal fournisseur technologique en France.
Huawei disposait déjà de plusieurs centres de R&D en France : trois en Ile-de-France et un quatrième en région PACA, rassemblant au total 170 chercheurs.
Le site grenoblois, pour sa part, comptera 30 chercheurs en 2020.

Sunmi

L’entreprise chinoise Sunmi, concepteur et fabricant de terminaux de paiement professionnels, a ouvert un bureau de représentation à Lyon.
La filiale du groupe Xiaomi, qui emploie 500 personnes, souhaite accélérer son développement international, notamment en Europe.
L’entreprise a développé une caisse enregistreuse dotée d’un dispositif de reconnaissance faciale de l’acheteur, qui vise à simplifier le paiement.
Le bureau lyonnais de Sunmi a ouvert avec quatre personnes, l’entreprise prévoyant la création d’une trentaine d’emplois d’ici trois ans.

CGI Group

CGI, leader des technologies de l’information et de la communication fortement implanté en Auvergne-Rhône-Alpes, a ouvert en octobre dernier une école de développeurs économiques à Clermont-Ferrand, dans le but de remédier à la pénurie de profils qualifiés à laquelle l’entreprise fait face.
En parallèle, le groupe canadien, en forte croissance, a également créé une centaine d’emplois sur son site puydômois en 2018.
Outre Clermont, CGI a également des bureaux à Lyon et Grenoble et compte 1.400 collaborateurs dans la région, un chiffre en constante augmentation.