Toute l’actualité Lyon Entreprises

Epoqu’Auto se tient ce week end à Lyon Eurexpo

1919-2019 : Citroën en profite pour fêter dignement son centenaire. Maserati, Delage et les motos Gnome & Rhône sont également les grands invités de cette 41ème édition. Une belle réussite pour le Club des 3A qui organise chaque année cet événement

Hep ! C’est ce matin, vendredi 8 novembre, qu’a démarré à Eurexpo, Epoqu’Auto. Ce qui se fait à peu près de mieux en matière de concentré de voitures anciennes, d’amoureux du passé automobile, des fondus de la pièce introuvable et de tous les collectionneurs qui durant 3 jours convergent vers Eurexpo.

Epoqu’Auto : à la fois un salon composé de plusieurs « plateaux » de voitures rares, un rendez-vous de toute la planète automobile française mais aussi de plus en plus internationale, des stands de vente de pièces neuves ou d’occasion, et une ribambelle d’évènements qui vont rythmer les trois jours, jusqu’à la fameuse vente aux enchères qui rassemble toujours quelques beaux modèles prêts à changer de mains.

Cette année, 2019, il s’agit de la 41ème édition de ce Salon organisé par le Club des 3A (Club des Amateurs d’Automobiles Anciennes) qui a son siège à Lyon. Au fil des ans, le Salon n’a cessé de grossir : cette année, il passe la barre des 60 000 m2 de surface (66 000 m2), reçoit 750 exposants et attend quelque 70 000 visiteurs.

1919 : Citroën sort sa Type A. Son premier succès

Le spectacle sera comme à l’habitude un peu partout. Et tout d’abord dans le Hall Central par lequel le visiteur pénètre dans le Salon. C’est là qu’Epoqu’Auto a décidé d’accueillir la marque Citroën qui fête cette année ses 100 ans. En effet, c’est en 1919 que la marque a commencé à vraiment se faire connaître avec son premier véhicule, la Type A, qui sortira très vite au rythme de 30 exemplaires/jour pour dépasser les 3 000 ventes dès la première année. Est-il besoin de rappeler tous les véhicules qui se sont succédés et qui seront largement exposés ? La 2CV, la Traction avant, la DS, l’Ami 6, la CX, la XM, la BX, la Méhari etc. Autant de voitures, autant d’avancées techniques, de silhouettes séduisantes ou incongrues qui se sont inscrites, toutes, dans le paysage hexagonal.

Maserati : des voitures mais aussi des motos

Parmi les autres invités de marque, les Delage et les Maserati. Pour les motos, c’est la marque Gnome & Rhône qui sera à l’honneur avec de nombreux modèles quasiment à l’état neuf. Enfin, les véhicules utilitaires auront aussi cette année, une place de choix et, en tout premier lieu, Berliet, qui a produit aussi durant tant d’années des véhicules de petit gabarit qui ont marqué l’histoire.

Mais Epoqu’Auto, comme on vous le disait c’est bien autre chose : une ambiance d’abord, avec tous ces clubs de passionnés, tel le Club 404, qui inventent à chaque édition une mise en scène originale des véhicules prêtés par leurs membres. Cette année, d’ailleurs, c’est la série 200 de Peugeot qui est mise à l’honneur, une série de longue lignée qui dure encore aujourd’hui.

Une formidable vitrine de la voiture ancienne

Enfin, faut-il le rappeler, le salon est aussi une formidable vitrine de la voiture ancienne et sur les multiples métiers qui l’entourent : restaurateurs, carrossiers, vendeurs de pièces, de voitures miniatures et spécialistes en tous genres. Si vous cherchez la figure de proue qui trônait souvent sur le capot avant des voitures d’avant 1960 c’est évidemment ici que vous risquez de la trouver.

Enfin, au fil des allées, Epoqu’Auto permet d’apercevoir de multiples « belles endormies » : grosses berlines, somptueux cabriolets, voitures exceptionnelles, historiques, uniques. Bref, mieux vaut prévoir de déambuler pendant une paire d’heures dans ce Salon qui ouvre désormais à 9 heures du matin pour fermer à 21 heures vendredi, à 19 heures samedi et à 18 heures dimanche.

* Salon de la voiture ancienne Epoqu’Auto. De vendredi 8 à dimanche 10 novembre à Lyon-Eurexpo. A noter que le parking P4 est gratuit pour les voitures de collection et qu’une vente de particulier à particulier de motos est organisée cette année.

Jean-Claude Pennec