Toute l’actualité Lyon Entreprises

Coup de tonnerre dans le monde économique où il était très connu. Éric Favre, patron des laboratoires « Les Trois Chênes », une société cotée en Bourse basée à Villechenève, près de Tarare dans le Rhône a été mis en examen dans le cadre d’une vaste enquête portant sur un trafic d’anabolisants. Il a placé en détention provisoire jeudi 11 avril dans la soirée.

 Le fondateur des Trois Chênes a été arrêté à son domicile, mardi matin tout comme Hubert Jaricot, le Pdg de l’entreprise, ainsi que le directeur général.

 Cette affaire qui fait grand bruit est partie d’une saisie d’anabolisants à Roissy en 2016 en provenance de la Thaïlande, amenant l’ouverture d’une information judiciaire en décembre 2017 par le parquet de Lyon pour « acquisition, détention, cession ou offre et importation de substances dopantes, exécution de travail dissimulé en bande organisée, d’abus de biens sociaux, de blanchiment en bande organisée, de fraude fiscale aggravée et d’association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit », selon le procureur de la République à Lyon, Nicolas Jacquet, rapporté par le Progrès.

 L’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Lyon a d’abord conduit à plusieurs culturistes lyonnais utilisant des produits dopants. Ces derniers semblaient s’approvisionner auprès du même fournisseur, en l’occurrence les laboratoires des « Trois Chênes ».

 Les enquêteurs de la section de recherches de Lyon, de l’OCLAESP (office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique) et le GIR (groupe d’intervention régional) Rhône-Alpes portent alors leurs investigations sur Éric Favre lui-même, le fondateur de la marque.

 Le groupe comporte, précise le parquet, notamment deux holdings situées au Luxembourg et un laboratoire rhodanien, commercialisant des produits parapharmaceutiques et nutritionnels tant sur le territoire national qu’à l’international que l’on trouve dans les pharmacies et para-pharmacies.

 Une enquête qui aboutit à vingt-deux interpellations : dans le Rhône, mais aussi en région parisienne, à Nice, à Bordeaux, à Mulhouse, en Belgique et au Luxembourg.

 Outre les dirigeants des Trois Chênes, ont été arrêtés plusieurs champions de culturisme sponsorisés par la marque ; mais aussi de simples consommateurs.

 Les perquisitions ont permis de saisir près de 134 000 euros en espèces et de nombreux produits anabolisants, dont des stéroïdes et des hormones de croissance.

 Le métier des laboratoires des Trois Chênes “Produits de santé par nature” est d’élaborer des compléments alimentaires. Ils emploient 165 salariés qui, stupéfaits, s’interrogent sur les retombées de cette affaire sur leur entreprise jusqu’alors au palmarès boursier plutôt flatteur.