Toute l’actualité Lyon Entreprises

Les cars Faure, 1er transporteur de passagers en Rhône-Alpes, Sodexo, le champion de la restauration collective, la mutuelle Adrea, la municipalité de Villefontaine, etc. Créé en début d’année 2010, le Groupement d’employeurs « Geni Pluri » ne cesse de s’étendre. Ses promoteurs estiment qu’à terme il devrait recruter avec une même feuille de paie, mais sur différents sites et dans des métiers parfois fort dissemblables, au moins deux cents personnes. Une manière maline de lutter contre la précarité et le chômage. A la fois avantageuse pour le salarié et l’employeur.

Les « Groupements d’employeurs » ne constituent pas une nouveauté. Ces associations qui permettent de faire travailler un même salarié avec une feuille de paie unique, chez plusieurs employeurs et dans des métiers parfois totalement différents existent en France depuis plusieurs années. Mais d’ordinaire, ils restent à l’échelle de quelques entreprises.

« Geni Pluri », Groupement d’Employeurs Nord-Isère Pluriactif, lui, prend une ampleur surprenante. Il regroupe déjà 45 entreprises, parmi les plus importantes du Nord-Isère, mais aussi six collectivités locales, dont la municipalité de Villefontaine et sans doute prochainement celle de Vienne, mais encore trois associations : EGEE, une association de seniors désireux de travailler, FACE et Quinqu’elles qui regroupe des femmes seniors de 50 à 60 ans qui ne retrouvent pas d’emploi.

A l’origine de cette initiative, le directeur général des cars Faure basés à Valencin dans le Nord-Isère, Antoine Cataldo-Faure qui , notamment pour les transports scolaires, recrutent des chauffeurs acceptant de travailler trois heures par jour, par exemple, à l’aller et au retour de l’école.

Or ces chauffeurs, préféreraient naturellement travailler à plein temps. D’où l’idée d’Antoine Cataldo-Faure de créer un groupement d’employeurs qu’il a baptisé Geni Pluri en compagnie d’entreprises amies : à l’origine, outre les cars Faure, le groupe Adrea et la société MGF. Il s’est également appuyé sur la CCI Nord-Isère qui dès le début proposé un soutien logistique.

D’autres entreprises correspondant aux besoins exprimés ont vite répondu à l’appel, puis des collectivités et même des associations.

« Nous regroupons actuellement 56 métiers », se félicite Antoine Cataldo-Faure président de Geni Pluri qui a pris le statut d’association de la loi de 1901.

Le président de Geni Pluri estime qu’aussi bien l’employeur que le salarié y gagnent.

Il explique : « Pour les employeurs, nous offrons la possibilité de mutualiser les tâches de gestion, de maîtriser les coûts salariaux, et surtout de trouver le personnel adapté à leurs besoins, à la fois fidélisé et compétent. »

Idem pour le personnel : « Pour les salariés, nous apportons la garantie d’un employeur unique, la sécurité de l’emploi avec un contrat en CDI, tout en lui permettant un enrichissement de ses compétences. »

Les métiers exercés par la même femme ou le même homme peuvent être extrêmement différents : « Parmi les quinze salariés que nous faisons déjà travailler de la sorte, nous en avons par exemple un qui est chauffeur le matin et s’occupe de nettoyage industriel l’après-midi. Ou encore un autre, de nettoyage industriel, encore, mais aussi de… garde d’enfant et d’animateur sportif dans le football ! »

Le nombre de salariés recruté par le Groupement d’employeurs progresse très vite : « Nous devrions être proches de cinquante salariés à la fin de l’année. Et à terme, à ce rythme, nous devrions faire travailler au total près de deux cents personnes : nous recevons deux à trois nouvelles demandes chaque jour… »

Photo (DR) : Antoine Cataldo-Faure, directeur général des Cars Faure (siège à Valencin dans le Nord-Isère) et président du Groupement d’Employeurs Geni Pluri. Ici dans son entreprise.