Toute l’actualité Lyon Entreprises

L’extension de la Maison de la Danse au sein de l’ancien musée Guimet ouvrira fin 2021

Accueil de troupes en résidence, répétitions publiques, animations destinées aux amateurs, etc. : Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse tenait particulièrement à bénéficier de nouveaux locaux, à hauteur de son ambition de populariser encore plus la danse à Lyon.

Ce fut plus lent que prévu pour des raisons budgétaires, mais c’est parti : l’ancien musée Guimet accueillera cette extension, d’ici trois ans.

Baptisés « les ateliers de la danse Emile Guimet », ils se déploieront sur 9 000 mètres carrés.

Le lauréat connu prochainement

Encore faut-il que l’ex-musée qui a laissé la place au musée des Confluences soit profondément réhabilité.

La consultation a d’ores et déjà été lancée pour désigner l’équipe de maîtrise d’œuvre qui sera chargée de mener le projet à bien. Trois candidats ont été sélectionnés : le lauréat sera choisi d’ici quelques jours pour mener à bien ce projet de réhabilitation.

Le choix, désormais imminent, s’opérera entre les trois architectes désignés lors de la première étape : le Lyonnais Clément Vergely ; le Norvégien Snohetta qui a construit l’Opéra national de Norvège devenu un must touristique et l’Université de Bergame ; ainsi que le Belge Pierre Hebbelink à qui l’on doit le théâtre de Liège.

Les études de conception et le dépôt du permis de construire devraient avoir lieu d’ici l’été 2019 pour un démarrage des travaux en 2020, avec toutefois un mois de suspension en septembre pour la Biennale de la Danse.

Au final, le bâtiment devrait être inauguré à la fin de l’année 2021.

Cet important projet illustre le fait que malgré les difficultés budgétaires, la culture (20 % du budget de la ville de Lyon) ; et notamment la Maison de la Danse figurent au rang des priorités municipales.

En témoigne d’ailleurs le budget prévisionnel 2018 de la Maison de la Danse qui s’établit à 6,44 millions d’euros.

Grâce à un fort taux de fréquentation avec 179 024 spectateurs l’année dernière dont 10 751 abonnés, lors de 151 représentations, les recettes propres de la « Maison » grâce à la billetterie, sont importantes et représentent 60 % de ce budget. Premier financeur, la ville ne représente que 14,7 % de ce budget. Gérable dans la période actuelle d’argent rare.

Pôle européen de création

Mieux, ce qui permet de voir l’avenir avec sérénité, Dominique Hervieu a obtenu que la Maison de la Danse soit labellisée « Pôle européen de la création » par le ministère de la culture. Ce qui lui permet de mieux encore assurer le financement desdites créations et d’articuler là encore au mieux les activités de recherche et de production avec d’autres. L’objectif est de tisser des partenariats avec des institutions et des professionnels de la Danse en Europe : Liège, Porto,Barcelone et Londres sont notamment en ligne de mire.

Bref, les conditions économiques sont bien réunies cette année pour assurer une saison 2018/2019 dans la lignée de ses devancières avec une programmation qui fait appel à pas moins de 33 compagnies et 367 danseuses et danseurs en provenance de treize pays.

Douze créations en 2018/2019

Au programme lors de la saison à venir : pas moins de douze créations dont huit coproductions portées justement par le Pôle européen de création.

Parmi les événements annoncés des pièces de grands chorégraphes européens, de Jérôme Bel, à Ooana Doherty, en passant par Alessandro Sciaronni et Jann Gallois, notamment.

N’oublions pas non plus la Biennale de la Danse, 18ème du nom, qui se déroulera à la rentrée prochaine et qui va permettre de découvrir quelques-unes des meilleures troupes du monde. Sa programmation sera révélée d’ici quelques semaines.

 Bref, avec tous ces projets et c’est bien le moins en matière de danse, la « Maison » entend bien rester en mouvement…

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail