Toute l’actualité Lyon Entreprises

Lancé en 2017, l’Incubateur du Barreau de Lyon est devenu une alternative qui a pris de l’ampleur pour les avocats startupeurs. L’incubateur se donne pour mission de donner des outils aux avocats afin de les aider dans la réalisations de projets innovants liés au droit.

La 3e journée de l’innovation du Barreau de Lyon s’est tenue ce vendredi 7 juin. C’est dans les locaux du Barreau, près du Palais de Justice du 3e arrondissement, que plusieurs créateurs de start-ups et de professionnels du droit ont assisté à une journée d’ateliers dédiés à la modernisation de leurs métiers.  

Un incubateur qui cherche à pousser la modernisation du métier d’avocat

L’Incubateur du Barreau de Lyon intervient sur plusieurs plans auprès des start-ups. L’incubateur se penche notamment sur la structuration juridique du projet présenté, il donne son avis sur le business model proposé et il renseigne les startupeurs sur l’environnement concurrentiel.

Alexis Chabert, co-président de l’incubateur a expliqué son activité plus en détails. « Cela fait trois ans maintenant que l’on organise la journée de l’innovation au Barreau de Lyon, c’est comme toujours l’occasion pour les avocats de proposer des projets de legaltech innovants pour essayer en quelque sorte de s’approprier le marché du droit. Le terme « legaltech » est un anglicisme qui englobe toutes les activités numériques ou digitales pour proposer des services numériques. »

Le co-président de l’incubateur s’est montré satisfait de travailler aujourd’hui avec 9 start-ups. Celles-ci couvrent tous les domaines de l’activité juridique dont le droit des affaires ou encore le droit de la famille. « Ces différents projets sont un bon moyen de montrer que la profession d’avocat a su se saisir des moyens techniques afin d’aider plus efficacement les clients. » Les start-ups qui ont intégré l’incubateur ont l’avantage de profiter des partenariats avec la BNP ou l’EM Lyon.

L’exemple de V pour Verdict, start-up de l’incubateur

Elisabeth Gelot est avocate au Barreau de Lyon , elle est co-fondatrice de V pour Verdict, une start-up qui propose des actions collectives en ligne. Ce type d’actions permettent à un nombre de consommateurs de poursuivre une personne, une entreprise ou une institution afin d’obtenir une indemnisation financière. « Si vous avez un problème qui concerne plusieurs consommateurs, supposons un médicament qui porte préjudice aux personnes qui le prennent, vous pouvez lancer l’action sur le site et un avocat en ligne suivra l’action. »

Elisabeth explique que l’Incubateur du Barreau de Lyon lui apporte principalement du soutien dans son projet. La principale difficulté qu’elle rencontre est le fait de devoir gérer à la fois ses occupations en tant qu’avocate et son envie de développer sa start-up. L’incubateur est un moyen pour elle d’échanger avec ses confrères sur les problématiques déontologiques car s’il s’agit d’intégrer un marché et proposer des idées d’innovation, les avocats doivent respecter leurs principes fondamentaux.

Les projets pour l’avenir de V pour Verdict consistent à développer en parallèle, une autre plateforme de médiation collective, autrement dit un processus amiable de résolution de différends. Elisabeth espère pouvoir ainsi réduire les contraintes des consommateurs, notamment au niveau financier. L’Incubateur du Barreau espère pouvoir rallonger sa liste de start-ups aux initiatives similaires.