Toute l’actualité Lyon Entreprises

Les retombées économiques de l’Euro 2016 dont le 1er match est programmé au Stade des Lumières de l’OL à Décines, le 13 juin 2016, s’annoncent aussi juteuses qu’un but de Slatan. Selon une étude du CDES, elles dépasseraient les 150 millions d’euros. Moitié moins à St-Etienne qui accueillera moins de matches.

« Ça commence à s’agiter. Je commence à recevoir pas mal de coups de fil. En ce retour de vacances, les chefs d’entreprises se rendent compte que l’Euro 2016, c’est dans neuf mois et que s’ils veulent que leur entreprise participe à la fête, ils feraient bien de se dépêcher… », s’exclame Philippe Margraff, le responsable des opérations à l’UEFA, de passage à Lyon.

 On avait entendu parler de l’Euro 2016 à Lyon, il y a un an, lorsqu’une agence de designers lyonnais, Zebrand, basée à La Tour de Salvagny annonçait dans un grand élan de fierté qu’elle avait été choisie pour concevoir la mascotte, baptisée « Super Victor ».

 Malheureusement selon le cahier des charges, l’entreprise ne recevra pas de pourcentage sur chaque vente, mais son responsable reconnaît que son travail a été réglé par l’UEFA « à un prix correct ». Mais en l’occurrence, ce sont surtout les retombées en termes d’image qui sont importantes pour l’entreprise, reconnaît Erik Berchet-Moguet, directeur associé de Zebrand..

 Une dizaine de secteurs d’activité concernés par les appels d’offres

 Depuis, on avait un peu oublié que l’Euro 2016 c’était certes du Foot, mais aussi du business en perspective.

 Organisant des « road show » dans les dix villes concernées par la manifestation, l’équipe de l’UEFA, présente mardi 15 septembre à Lyon, avait bien l’intention de faire sonner la cloche avant le dernier tour de piste, rappelant que le Foot allait se muer en business pour les entreprises qui sauraient se saisir de cette occasion.

 Les appels d’offres seront bientôt lancés en direction des entreprises locales, s’adressant aussi bien aux entreprises de nettoyage et de sécurité, aux fleuristes, hôtesses d’accueil, etc. Une dizaine de secteurs d’activité seront concernés.

 Pas moins de 26 000 repas seront servis au Stade des Lumières, 10 000 à Geoffroy Guichard.

 L’impact national : plus d’un milliard d’euros

 Rien de mieux pour mettre les chefs d’entreprises en branle que de leur faire miroiter les retombées escomptées de l’Euro 2016 qui serait selon l’UEFA, la troisième ou quatrième manifestation au monde, après bien sûr les JO et la Coupe du Monde de Football, pratiquement au coude-à-coude avec le Tour de France.

 L’impact au niveau national pour l’ensemble de la manifestation s’établit à 1,266  milliards d’euros dont 188 millions d’euros de recettes fiscales pour l’Etat (TVA), selon une étude du Centre de Droit et d’Economie du Sport (CDES) de Limoges, issu de l’Université de la capitale limousine.

 Au niveau de la région Rhône-Alpes qui met deux de ses stades à Lyon et Saint-Etienne, à disposition de la compétition-à noter que pour la première fois, ils seront loués par l’UEFA, au lieu d’être prêtés gracieusement-, les retombées s’annoncent conséquentes.

 A Lyon, l’impact économique est estimé à 166 millions d’euros pendant toute la durée de la compétition marquée par huit matches au Stade des Lumières dont un huitième de finale et une demi-finale.

 A Lyon, coût d’un VIP : 1 150 euros

 Ainsi, le Stade voulu par Jean-Michel Aulas mettra à disposition des entreprises ses quatre-vingt-dix-neuf loges et ses neuf salons. Le stade accueillera à chaque match de 58 000 spectateurs dont 4 600 VIP’s au prix unitaire de 1 150 euros par match. Ne vous inquiétez pas : ce prix comprend aussi la coupe de champagne…

 Le CDES estime à plus de 180 000 le nombre de visiteurs français qui se rendront à Lyon, à 120 000 le nombre de visiteurs étrangers et à 14 800, le nombre de VIP’s.

 Le plus gros des retombées concernera les dépenses des spectateurs dont la billetterie qui pèsera 134 millions d’euros de l’ensemble. Les chercheurs en économie du sport du CDES ont également comptabilisé les retombées hôtelières : 12 millions d’euros.

 Ils estiment que l’Euro 2016 représentera en termes d’emplois près de 2 000 personnes chaque jour de match.

 77 millions d’euros de retombées à Saint-Etienne

 A Geoffroy Guichard à Saint-Etienne où ne se déroulent que quatre matches dont un huitième de finale, les retombées économiques s’affichent à 77 millions d’euros (30 loges et 9 salons) pour 1 430 VIP à 975 euros le « pass » par match.

 Ces retombées se décomposent en 61 millions d’euros de dépenses des spectateurs, billetterie comprise et 8 millions d’euros de dépenses hôtelières.

 Le même CDES s’attend à voir arriver à Saint-Etienne 87 000 visiteurs français , 58 000 visiteurs étrangers et 3 200 VIP’s.

 Reste que certains attendront sans doute le 12 décembre, date du tirage au sort qui permettra de connaître précisément les équipes qui se produiront sur le terrain des deux villes rhônalpines.

 Cohue assurée si ce sont les équipes favorites du tournoi qui fouleront l’un ou l’autre, voire les deux Stades….