Toute l’actualité Lyon Entreprises

La valeur de la semaine-Le drômois McPhy s’envole en Bourse : un futur grand de l’hydrogène ?

Serait-ce l’illustration de la place de l’hydrogène dans le futur plan de relance, vert à souhait ? Dans une Bourse qui depuis le 1er janvier a perdu près du quart de sa valeur, le drômois McPhy, spécialiste de solutions de stockage d’énergie via l’hydrogène, a bondi de près de 60 % depuis le début de l’année, malgré une perte en 2019 à 6,3 millions d’euros.

Les sociétés de Bourse ont actuellement les yeux de Chimène pour la société McPhy (siège à la Motte-Fanjas dans la Drôme), un nom qu’il va falloir retenir.

La société de Bourse Bryan Garnier, puis Portzamparc ont relevé, signale BFM Bourse, leur recommandation en faveur du spécialiste tricolore des solutions de stockage d’énergie qui est basé en Auvergne-Rhône-Alpes, terre d’élection des sociétés spécialisées dans l’hydrogène vert, la région trustant près des deux tiers des sociétés axées hydrogène.

Un cours en hausse de 60 % depuis le 1er janvier

Après avoir bénéficié de bonds successifs, le groupe a franchi le seuil des 100 millions d’euros de valorisation boursière pour la première fois. Son cours a grimpé de 60 % depuis le 1er janvier, à 6 euros (+ 23 % sur un an).

Pourtant, à première vue la situation de Mc Phy ne paraît pas aussi affriolante que ça : la société a subi une perte nette de 6,3 millions d’euros en 2019, contre une perte de 9,5 millions d’euros en 2018.

Mais tel est sans doute le prix à payer pour la croissance TGV que connaît le groupe : il a bénéficié l’année dernière d’un chiffre d’affaires en progression de 43 % à 11,4 millions d’euros.

D’autre part, McPhy a renforcé sa structure financière et affiche une trésorerie de 13 millions d’euros à fin 2019, suite notamment au succès de l’augmentation de capital de près de 7 millions d’euros réalisée en novembre 2019.

Des chiffres qui ne font pas peur aux analystes.

Un virage

Dans sa recommandation, l’analyste de la société de Bourse Bryan Garnier juge en effet que ” l’hydrogène sans carbone est en train de prendre un virage, passant de petites applications pilotes à l’échelle commerciale “.

Bref, McPhy pourrait bien vite devenir un acteur incontournable d’un écosystème hydrogène en gestation.

Ce qui a attiré son attention est le fait que McPhy allait équiper la plus grande unité de production d’hydrogène zéro-carbone en Europe, un projet qui a pour cadre les Pays-Bas.

L’analyste financier juge donc McPhy “parfaitement positionné pour bénéficier de cette transition vers une industrie sans carbone. “

Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), les énergies renouvelables sont les seules qui devraient afficher une croissance de leur production en 2020 (+5 % dont +16 % pour le solaire et +12 % pour l’éolien), contre une consommation totale d’énergie attendue en baisse de 6 % sur l’année pour cause de pandémie du Covid-19.

Mc Phy prévoit une croissance de 37 % en 2020 qui devrait se poursuivre sur la même lancée en 2021.

Photo -La première unité de production d’hydrogène zéro-carbone à grande échelle en Europe, en l’occurrence aux Pays-Bas va être réalisé par McPhy (Illustration Mc Phy).