Toute l’actualité Lyon Entreprises

LIP, la société de travail intérimaire  lyonnaise qui a les dents longues

Créé et dirigé par Fabrice Faure, un parfait autodidacte, la société lyonnaise d’intérim LIP vise rien de moins que de doubler de taille au cours des cinq prochaines années. Et ce, dans un marché du travail temporaire bousculé par le crise. Son secret : une hyper-spécialisation de ses agences. Un parcours qui est porté par l’ambition de devenir le premier acteur de l’intérim spécialisé en France, rien de moins !

Il y a quinze ans, Fabrice Faure créait LIP (Les Intérimaires Professionnels), une agence de travail temporaire aussi atypique que lui. Le patron de Lip est en effet un parfait autodidacte qui reconnaît « n’avoir pas été très brillant à l’école » et qui a commencé dans l’intérim au bas de l’échelle en tant qu’assistant d’agence, chez Randstat qu’il n’a pas trop tardé à quitté. Il en a ensuite créé avec d’autres, comme actionnaire minoritaire, « Phénix Intérim » qu’il a également quitté pour enfin créer LIP et être son propre patron.

Mais comment sortir du lot car les agences d’intérim, ce n’est pas ce qui manque sur ce marché très concurrentiel.

Son idée : l’hyper spécialisation.

LIP est ainsi présent sur plusieurs marchés où l’emploi est en tension : l’industrie, le bâtiment et enfin le transport et la logistique. Le groupe comprend également LIP Solutions RH qui regroupe aussi bien les métiers du médical que les comptables en passant par le télémarketing. Chaque agence est dédiée à un de ses métiers, voire parfois encore plus spécialisée.

Tel est depuis le début le mantra de Fabrice Faure : ainsi la première agence LIP était spécialisée dans le domaine très pointu de la tuyauterie

« Il n’y a pas aujourd’hui d’acteurs nationaux focalisés sur la spécialisation ou l’ultra spécialisation : là se situe la meilleure façon de recruter », assure le boss de LIP.

L’autre volonté qui anime le créateur de LIP et son équipe « celle d’accueillir des personnes d’horizons différents, avec une dynamique tournée vers la diversité. Il s’agit avant tout d’un engagement social, mais aussi une manière de concrétiser mes aspirations de dirigeant autodidacte », détaille Fabrice Faure.

Un chiffre d’affaires de 288 millions d’euros en 2020

Sur ces bases, LIP a connu une croissance à la fois régulière et rapide, axée notamment ces dernières années par des opérations de croissance externes sur les domaines privilégiés par LIP : rachats d’Immarès et Euro Deal en 2019 ; acquisition de Mantrans, spécialisé dans le transport en 2020, une opération menée en pleine crise.

Aujourd’hui LIP compte 134 agences et 520 salariés permanents : la société fait travailler chaque jour 7 000 intérimaires pour 6 000 entreprises clientes.

Malgré l’effondrement brutal du marché, lors des premières semaines du premier confinement (nous avons perdu 80 % de nos contrats en une semaine ! », l’entreprise a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 288 millions d’euros avec un résultat net de 4 millions d’euros.

LIP vise cette année 334 millions d’euros. Ce qui lui permet désormais d’intégrer le top 15 des acteurs de l’intérim en France.

Mais pour Fabrice Faure, il ne s’agit là que d’un palier : «  Nous visons la place de premier acteur français de l’intérim spécialisé : notre ambition est désormais d’atteindre 700 millions d’euros et 230 agences, d’ici cinq à sept ans ».

Un nouveau siège social en 2022

Pour ce faire, « nous allons ouvrir 25 à 30 nouvelles agences au cours de dix-huit prochains mois », assure-t-il, avant d’ajouter : « Ce qui va nous amener à recruter de 200 à 250 personnes au cours des deux prochaines années. »

Pour pouvoir répondre à ce développement annoncé, le groupe intégrera fin 2022 un nouveau siège social de 3 500 m² quartier Jean Macé, dans le 7ème arrondissement de Lyon. L’immeuble sera calibré pour accueillir près de 300 salariés.

Pour se doper de surcroît à l’innovation, LIP s’est également doté d’un incubateur.

In fine, le créateur de LIP compte sur l’ADN du groupe pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé avec son équipe : « Nous ne savons pas mettre 200 intérimaires sur une chaîne de production. En revanche, pour un comptable, des plaquistes outillés, des chauffeurs routiers ou des spécialistes du nucléaire, ça on sait faire ! » Reste à continuer à faire…

Photo -Fabrice Faure.

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail