Toute l’actualité Lyon Entreprises

Lyon va expérimenter un service de multi-covoiturages basé sur la blockchain

La solution pour fluidifier le trafic sur l’A6/A7 bientôt transformée en boulevard urbain ? La blockchain qui est actuellement très tendance puisqu’on la retrouve notamment dans les monnaies virtuelles, façon bitcoin. Cette fois c’est dans le cadre du co-voiturage que la « chaîne de blocs » selon la traduction française va être mise en œuvre pour la 1ère fois à Lyon.

A l’origine de cette innovation : l’Institut de Recherche Technologique (IRT) SystemX implanté sur le Campus Lyon-Tech de La Doua à Villeurbanne qui va expérimenter dès cet été en région lyonnaise un service basé sur la blockchain qui permettrait ainsi de mutualiser les différentes plates-formes de covoiturage présentes dans la Métropole lyonnaise.

Un partenariat d’une durée de cinq ans a été signé en avril dernier entre l’IRT et la Métropole lyonnaise il est basé à la fois sur une démarche de co-construction, un co-financement public-privé, la co-localisation des ressources et la co-propriété des résultats produits.

Il s’agirait en l’occurrence de gonfler l’offre proposée aux usagers et de les inciter à opter pour ce mode de déplacement. Avec notamment pour objectif est de fluidifier le trafic sur le tronçon A6/A7, un axe particulièrement congestionné comme tous les automobilistes lyonnais le constatent. C’est notre confrère « l’Usine Digitale » qui annonce et décrit cette expérience.

Il s’agit expliquent nos confrères « de répondre au principal frein au développement des services de covoiturage de courte distance : l’épineuse question de la masse critique qui permet de proposer aux usagers une offre suffisamment conséquente et donc un service fiable. »

« Ce projet s’inscrit dans un contexte réglementaire en cours d’évolution avec la loi d’orientation sur les mobilités qui vise à faciliter l’expérimentation de solutions alternatives sur la régulation du trafic routier. En région lyonnaise, l’autorité organisatrice de la mobilité locale souhaite mettre en place une voie de covoiturage dynamique sur un tronçon de l’A6/A7 », expose à l’Usine Digitale, Yann Briand, chef de projet à l’IRT SystemX.

 Comme dans la Silicon Valley

Concrètement, sur une autoroute à deux fois trois voies, des sections de la voie de gauche seront à certains moments réservées aux véhicules qui font du covoiturage, mais aussi aux véhicules transportant deux passagers ou plus, aux véhicules à faibles émissions, aux taxis et aux transports en commun.

Une série de signalisations dynamiques leur indiqueront quand la voie leur sera dédiée : un système qui existe déjà dans la Silicon Valley…

L’objectif affiché, en l’occurrence, est d’augmenter le taux de remplissage des véhicules qui s’établit aujourd’hui entre 1,1 et 1,2 personne seulement et se révèle donc très faible.

Le projet doit démarrer officiellement dans le courant de l’été : l’IRT SystemX espère réaliser les premières expérimentations sur le terrain à partir de 2020.

(*) Acteur-clé de la recherche partenariale et de l’innovation ouverte en France, l’IRT SystemX dont le siège national est situé à Saclay en région parisienne se consacre à l’ingénierie numérique des systèmes du futur. Il a ouvert une antenne à Lyon en septembre 2017. Avec cette implantation lyonnaise, l’enjeu pour SystemX est d’étendre ses expérimentations technologiques à de nouveaux cas d’usage et de nouveaux jeux de données pour diffuser l’impact économique de ses réalisations, tout en accélérant la mise en place de nouveaux projets. À l’horizon 2020, ce sont cinquante « Équivalent Temps Plein » qui travailleront sur les projets de recherche, sur le site de la Doua à Villeurbanne.

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail