Toute l’actualité Lyon Entreprises

I(n)efficacité énergétique ? On sera très loin des 100 000 logements rhônalpins de niveau BBC espérés en 2013

La récente Conférence environnementale avait assigné pour 2013 à la région Rhône-Alpes l’objectif de mise aux normes BBC (*) de 100 000 logements. Or, si la quasi-totalité des logements neufs sont, eux, déjà aux nouvelles normes, la rénovation énergétique se fait attendre. Elle devrait concerner près de 67 000 logements. On en sera très loin. La question du financement de ces réhabilitations BBC, très lourdes, n’est toujours pas résolue.

“Si on continue comme ça, nos artisans du bâtiment vont finir par être découragés !”Alain Berlioz-Curlet, président de la Chambre de Métiers Rhône-Alpes se fait l’interprète des 42 000 patrons d’entreprises artisanales du bâtiment de la région Rhône-Alpes, qui constatent chaque mois la différence entre les affichages et les réalisations concernant la rénovation de logements BBC (Bâtiment Basse Consommation) dans la région.

La déclinaison rhônalpine des annonces faites lors de la conférence environnementale du mois de septembre est constituée par un objectif de rénovation ou de construction au niveau BBC, de 100 000 logements par an.

Or, en 2013, on en sera loin, très loin. Pour le président régional de la Chambre de Métiers, “si on en fait le tiers, ce sera bien le maximum”. Et encore la majeure partie de ce tiers sera réalisé par le logement neuf.

Une consolation : tout le neuf est BBC

Car là, en revanche, divine surprise, soulignée par Jean-François Carenco, le préfet de région : la quasi totalité des logements neufs construits depuis près d’un an sont bien, eux, aux normes BBC. Des normes BBC qui ne seront obligatoires qu’à partir du 1er janvier 2013, mais tous les promoteurs les ont anticipées. Ces bâtiments consomment 50 kwh/m2 au lieu de 200 à 300 kwh/m2, voire plus pour les bâtiments anciens dont près de quatre millions sont en France, de véritables passoires thermiques.

La région Rhône-Alpes est dotée d’un parc de 3,3 millions de logements dont 57 % ont été construits avant…1974 . L’objectif fixé est donc de construire 33 000 logements neuf par an en BBC. Mais aussi d’en rénover 67 000 pour parvenir aux 100 000 escomptés.

Pour les 33 000 logements neufs, on devrait y arriver, même si avec le ralentissement de l’immobilier dû à la crise, cet objectif précis pourrait ne pas être atteint. En revanche pour les 67 000 logements anciens à rénover, on en sera très loin.

Hormis le logement social pour lequel quelques crédits ont pu être dégagés (3 500 logement sociaux rénovés cette année), la réhabilitation des logements anciens qui était censée créer des dizaines de milliers d’emplois dans toute la France se fera encore attendre l’année prochaine.

Une situation qui désespère Alain Berlioz-Curlet qui constate une première conséquence négative aux espoirs déçus des artisans : “À travers le plan de formation  Feebat, beaucoup d’artisans ont mené des actions de formation escomptant rapidement du travail dans la réhabilitation verte. Il est à craindre que désormais, en la matière, ils mettent la pédale douce.”

Disette budgétaire

Le problème est que dans cette période de disette budgétaire, l’argent public se fait de plus en plus rare. Et les pouvoirs publics se creusent la tête pour trouver les moyens de financer ces travaux de rénovation promis. “Il va bien falloir que nous mettions autour d’une table les banquiers, ainsi que tous les partenaires de la rénovation et que nous trouvions une solution“, lance le préfet de région.

Pour l’heure, l’utilisation des fonds de l’ANAH (Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat), pour la rénovation de l’habitat individuel “ont mal démarré : nous n’avons à cet égard, guère avancé”, reconnaît Jean-François Carenco.

La solution résiderait dans la signature de contrats de performance énergétique permettant de pré-financer les travaux avec les futures économies de consommation réalisées. Mais de ce côté là, ça tâtonne encore sérieusement. On sait, selon une étude du ministère de l’Ecologie, que la rénovation énergétique des bâtiments anciens, devra mobiliser 20 milliards d’euros au cours des vingt prochaines années.

Bref, pour l’instant on se paie surtout de mots et le déclic se fait toujours  attendre. Pour combien de temps encore ?

(*) Bâtiment Basse Consommation, selon les normes issues du Grenelle de l’Environnement (Réglementation Thermique 2012).

Photo (DL)-Maison BBC (Bâtiment Basse Consommation énergétique) à ossature bois du promoteur 6ème Sens et réalisée en collaboration avec les Eco-concepteurs, à Vienne (Isère).