Toute l’actualité Lyon Entreprises

Cela ne fait plus aucun doute : la digitalisation des entreprises et plus largement, la transition numérique, sont de plus en plus au cœur des réflexions des dirigeants d’entreprises.

Pour preuve, la troisième édition d’Entreprise du Futur qui s’est déroulée comme ses devancières au Palais des congrès de la Cité internationale à Lyon a drainé jeudi 18 janvier près de 5 000 décideurs. A comparer aux 1 500 entrées de la première édition en 2016 et aux 3 600 inscrits recensés l’année dernière. Et ce, malgré un ticket d’entrée assez élevé.

« Une croissance assez impressionnante », se félicite son principal organisateur et moteur, Laurent Fiard, le Pdg de la société lyonnaise Visiativ, justement spécialisée dans l’accompagnement des PME et des ETI dans leur transition numérique.

 L’objet de cette manifestation originale est donc atteint, se félicite ce dernier : « Nous avons créé Entreprise du Futur avec nos partenaires pour faire en sorte que le numérique soit appréhendé par les dirigeants d’entreprise comme une réelle opportunité de croissance et de productivité. »

 « A l’en pas douter, l’idée fait son chemin », lance-t-il avec un large sourire.

 Pour autant, reconnaît-il, il reste dans ce domaine de la digitalisation des entreprises, beaucoup de chemin à parcourir : « Il ne s’agit pas pour autant de se reposer sur nos lauriers : il existe toujours un besoin d’évangélisation dans ce domaine de la transition numérique. Les entreprises doivent en permanence se remettre en cause… »

« Pour autant-poursuit-il-nous sommes sur de bons rails et le train va assez vite, même s’il existe encore quelques réfractaires, quelques dirigeants d’entreprises dubitatifs et là, ce n’est pas une question de générations, ce qui peut nous amener à nous inquiéter sur l’avenir des entreprises de ces dirigeants… »

« La digitalisation n’est pas un problème de geek »

Pour Laurent Fiard, « la digitalisation n’est pas un problème de geek : elle offre surtout l’intérêt de remettre l’homme au centre du dispositif grâce à ses multiples effets : une augmentation de la compétitivité de l’entreprise, l’automatisation des process de production, le développement de l’excellence opérationnelle. Débarrassés des tâches annexes, les salariés, les dirigeants, peuvent se consacrer à l’essentiel. »

 Voyant plus loin encore, Laurent Fiard pense que la digitalisation peut permettre à terme de résoudre l’un des plus importants problèmes de l’économie française : les mauvais résultats récurrents de notre balance commerciale.

« Pourquoi celle-ci est-elle en permanence dans le rouge ? Parce que nous ne vendons pas assez à l’étranger de produits à valeur ajoutée. »

 Pour le créateur d’Entreprise du Futur, « La réponse à ce problème réside dans la montée en gamme de notre production française, grâce à l’amélioration de l’excellence opérationnelle permise par la transition numérique, nous permettant de vendre à de meilleurs prix, tout en restant compétitifs. » Bref, de nous rapprocher à cet égard de nos voisins allemands.

 Une feuille de route qui devrait tout-de-même demander encore quelques années avant de produire ses effets. Il faudra pour ce faire encore quelques éditions d’Entreprise du Futur…