Toute l’actualité Lyon Entreprises

Une conversion surprenante : à partir d’une entreprise textile, spécialisée dans les couvertures, « Giroud Frères », implantée à Vienne qui employa jusqu’à mille personnes, est né un groupe familial hôtelier qui compte à ce jour 26 hôtels et en vise 40 à l’horizon 2027.

Bien loin de la taille d’un groupe Accor ou Intercontinental, Lyon recèle en son sein des petits groupes hôteliers familiaux qui arrivent à bien mener leur barque dans une conjoncture malgré tout favorable depuis quelques années.

L’entreprise familiale et 100 % indépendante Sogepar en fait partie.

C’est l’histoire d’une conversion industrielle surprenante, mais réussie. Au départ, ce groupe est né de la passion d’une famille d’entrepreneurs, spécialisée dans les couvertures, « Giroud Frères », une société textile implantée à Vienne en Isère et qui employa jusqu’à 1 000 collaborateurs.

Quittant totalement le secteur du textile, la famille s’est ensuite tourné vers un tout autre domaine : l’hôtellerie. Le groupe est né en 1978.

Hugues Giroud s’associe alors avec ses deux frères, Bruno et Claude, pour investir dans l’hôtellerie.

 Depuis 2012, l’entreprise a conservé sa fibre familiale avec la nomination de Loïc Giroud, son neveu, comme directeur général.

Progressivement, étape par étape, Sogepar a au fil des années, étoffé son portefeuille avec en moyenne une acquisition par an et des investissements s’élevant en moyenne autour de 12 millions d’euros.

En 2015, Sogepar fait le choix de passer en franchise et se structure en interne pour mieux accompagner ses hôtels et réussir son développement.

En quarante ans, le groupe familial Sogepar a fini par tisser sa toile en affichant un total de 26 hôtels en France, soit près de 1 700 chambres, de une à quatre étoiles.

 Sogepar utilise à ce jour trois enseignes du groupe Louvre Hotels Group : une collaboration nouée en 1976 avec la famille Taittinger, alors propriétaire du groupe (désormais détenu par le groupe chinois Jin Jiang), et marquée par l’ouverture d’un des premiers hôtels Campanile dans l’Hexagone.

« Camp de base »

Désormais, le groupe lyonnais qui compte 300 collaborateurs veut accélérer et passer de 26 à 40 hôtels, d’ici 2027.

 Sa spécificité, une structure interne baptisée « Le Camp de Base ».

 Composé de différents services supports, il est ainsi nommé en interne car il apporte un soutien et une proximité aux directions d’hôtels, grâce aux experts métiers, direction d’exploitation, ressources humaines, revenu manager, marketing, communication, commercial et comptabilité / finances.

 Une structure qui permet aux directeurs d’hôtels de suivre des formations, de monter en compétences et d’écrire leur parcours au sein du groupe. Situé à Lyon, ce « camp de base » réunit une équipe de quinze collaborateurs permanents.

 Une démarche manifestement payante : le groupe Sogepar a affiché en 2018 un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros. Il table sur un objectif de 45 millions d’euros d’ici 2020.

 De la sorte, ce groupe familial fait mieux que le marché de l’hôtellerie avec un résultat opérationnel (avant immobilier) supérieur à 29 % en 2018. En 2018, le revenu par chambre disponible (RevPAR) l’indicateur préféré de la profession est en moyenne supérieur de 6 % à celui de concurrents, se félicite le groupe… Ce qui le motive à poursuivre de l’avant.

Les projets du groupe Sogepar en Auvergne-Rhône-Alpes :

  • Dès avril 2020, le groupe Sogepar ouvrira son premier Hôtel Aiden by Best Western à Clermont-Ferrand.

  • A l’automne 2020, un nouveau partenaire, Novotel, s’engage aux côtés du groupe Sogepar pour ouvrir un hôtel à Annemasse.

  • En avril 2021, le premier hôtel Ibis s’invite dans le portefeuille d’hôtels du groupe Sogepar avec une ouverture programmée à Saint-Quentin-Fallavier.