Toute l’actualité Lyon Entreprises

Avec leur dispositif qui permet de faire en sorte que le brossage dentaire ne soit plus une corvée et se révèle réellement efficace en seulement …10 secondes, Benjamin Cohen et Christophe Cadot souhaitent lever 4 millions d’euros.

 Les co-fondateurs de la start-up lyonnaise FasTeesH ambitionnent ainsi de devenir les leaders du bucco-dentaire nouvelle génération.

 FasTeesH a déjà réalisé un premier tour de table en octobre 2017 et ouvre à nouveau son capital aux fonds d’investissement et investisseurs privés.

 L’entreprise financée sur fonds propres, par Love Money et grâce à plusieurs récompenses (concours Lyon Start Up, INPI, Start Up et Handicap) a ouvert 10 % de son capital cet été à des investisseurs individuels.

 Objectif : améliorer les capacités de production de la startup et étoffer l’équipe.

Depuis 2015, les deux entrepreneurs travaillent sur leur technologie, qui a déjà été intégrée dans un produit destiné aux établissements médicaux.

Un second produit utilisant cette même technologie vient d’être lancé à l’international pour le grand public sous la marque Y-Brush.

 En effet, une campagne de financement participatif ayant débuté en juillet 2018 s’est terminée fin août avec la participation de plus de 1 400 acheteurs pour $165 000.

Benjamin Cohen explique: « Actuellement, le brossage dentaire est exécuté de façon trop rapide et peu efficace. L’hygiène bucco-dentaire est un problème mondial de santé publique, et c’est pour améliorer cette situation que nous avons créé une technologie quifacilite le brossage en l’automatisant, ce qui in fine améliore l’efficacité. » 

 

Développé avec des dentistes, leur produit offre un brossage simultané puisque la brosse épouse la mâchoire de l’utilisateur. Le bon geste est automatisé grâce à l’inclinaison à 45° des poils en nylon et des vibrations.

Protégé par trois brevets, FasTeesH est composé d’un manche terminé par une pièce en U – comme un protège-dents ou une gouttière d’appareil d’orthodontie -,et donc tapissée de poils actionnés par un mouvement vibrant

 Des tests d’efficacité ont été réalisés pendant le développement et diffusés lors du lancement.

 Les cofondateurs tablent sur un chiffre d’affaires de 500 000 euros en 2019, 1,2 million en 2020 et 3,6 millions en 2021.