Toute l’actualité Lyon Entreprises

C’est la référence mondiale pour la cuisson de la crêpe, un plat universel : SEB est entré en « négociations exclusives » avec le fonds Créa partenaires, pour acquérir le breton Krampouz. Une entreprise qu’elle pourrait largement développer à l’international puisque la société bretonne vend déjà 31  % de sa production à l’international, exportant sa production dans…150 pays !

Cette belle acquisition (en cours) fait moins de bruit que celle du chinois Supor, le leader de la cuisson du riz qui a ouvert à Seb la porte de la Chine.

Reste que la société d’Ecully est en passe de racheter une marque iconique française, un véritable emblème du patrimoine breton : la société Krampouz, avec laquelle Seb est entrée en négociations exclusives « pour le rachat de 100 % du capital »

Krampouz est un nom breton qui signifie tout simplement « crêpes ».

Depuis 2015, la société est détenue par le fonds Céréa Partenaire, aux côtés du management.

Fondée en 1949 et installée près de Quimper , cette PME iconique pour les Bretons conçoit et fabrique des galetières, crêpières, gaufriers, mais encore des planchas et des grills fonctionnant au gaz ou à l’électricité.

Elle propose ses produits aux professionnels de la petite restauration (55 % des ventes), mais aussi depuis 1980 aux
particuliers.

« C’est en 1981 que la première crêpière électrique grand public, la fameuse Billig, conçue sur les bases du matériel professionnel voit le jour », indique Krampouz.

Elle a ensuite élargi ses gammes aux planchas et aux barbecues électriques.

Des appareils plutôt haut de gamme allant pour les crêpières grand public, de 50 à 700 euros.

L’an dernier, son chiffre d’affaires s’est élevé à 18 millions d’euros, réalisés avec 90 salariés.

Cette « marque bretonne iconique », qui fête cette année ses 70 ans, est aussi appréciée à l’international.

Ses célèbres crêpières sont « la référence mondiale », de Mexico à Tokyo. Résultat : l’export représente 31 % du chiffre d’affaires. Les Bretons ont le goût du vent du large…

« La crêpe, un plat universel »

Car la crêpe est « un plat universel », souligne-t-on volontiers du côté de la marque bretonne.

Et d’ajouter : « Et ce, quelle que soit la farine ou la forme utilisée, elle s’appelle okonomiyaki au Japon, tortilla au Mexique, chapati en Inde ou pancake dans les pays anglo-saxons. »

« L’entreprise s’appuie sur un site industriel compétitif et est engagée dans une stratégie d’innovation permanente fondée sur l’écoute de ses clients », indique SEB.

Avec le rachat de la PME bretonne, SEB va pouvoir élargir son offre dans ce secteur, réduite pour l’heure à quelques références, comme la Crep party de Tefal, par exemple.

Ouverture vers de nouveaux canaux de distribution pour SEB

« Krampouz devrait enrichir l’offre professionnel et la gamme grand public premium de SEB, donnant par ailleurs accès à de nouveaux canaux de distribution porteur pour le Groupe », précise la direction de SEB.

Le leader mondial du petit électroménager va ainsi, grâce à Krampouz, pouvoir passer de la cuisine au jardin, avec des planchas et des barbecues électriques, un mode de cuisson de plus en plus prisé depuis quelques années.

Ce qui dans le même temps va lui permettre d’accéder à de nouveaux canaux de distribution, à l’instar de Truffaut, de Mr. Bricolage ; voire même, côté professionnel, de Metro, fournisseur de la restauration, et d’autres…