Toute l’actualité Lyon Entreprises

Un trio de Lyonnais vient de lancer dans le 6ème arrondissement de Lyon, un nouveau concept de magasin à l’enseigne très club anglais : « The Royal Racer ». On y trouve des objets et des vêtements plutôt rares, avec des marques à très forte identité, évoluant autour d’un univers lié aux sports mécaniques : auto, moto et bateau. Même les éléments de décoration du magasin, participant à cet univers, sont en vente. Un « concept store » masculin qui a le mérite de l’originalité.

Si le TGV vous mène fréquemment à Paris vous ne pouvez ignorer, une des boutiques les plus tendances de la capitale, « Colette », un « concept store » selon la dénomination donnée par les spécialistes du marketing. Elle a bâti son succès, en mettant en avant, comme précurseur et prescripteur, les dernières tendances au fil des saisons et des créations ; et ce, dans tous les domaines : de la mode à la littérature, en passant par les cosmétiques, le design, les nouveautés high-tech, voire même la musique.

Une boutique qui vient d’ouvrir ses portes à l’enseigne « The Royal Racer », place du Maréchal Lyautey dans le 6ème arrondissement de Lyon, pourrait bien devenir le « Colette » lyonnais, sur un registre, il est vrai assez différent, mais tout aussi original. Et il faut bien le dire, l’originalité en matière de commerce n’est pas la chose la plus partagée au monde, les uns imitant les autres, et vice versa, l’imagination restant le plus souvent au placard.

Créé par Benjamin Canzano (issu de l’Idrac Lyon) et deux associés déjà entrepreneurs, Pierre Bonnet (Bijoux Zoë Bonbon) et Philippe Bettant (dirigeant de Smart), « The Royal Racer » n’est ni un magasin vendant du sportwear, ni une boutique d’accessoires moto ou auto, ni encore une librairie vendant des revues haut de gamme où l’on peut boire un thé ou un café, mais un peu tout cela.

En fait, cette nouvelle boutique veut vendre des produits de toutes sortes, autour d’un univers. Actuellement, c’est autour de la moto que cela se joue, mais cet univers est destiné à changer régulièrement, au fil des saisons, le chaland restant dans l’ambiance des sports mécaniques, moto, auto ou bateau.

Plus original encore, tous les éléments de décoration de la boutique sont aussi eux-même en vente : à l’instar des superbes luminaires au design italien éclairant le magasin, du canapé Chesterfield ou encore des coussins siglés.

L’idée du trio de créateurs est de regrouper des marques que l’on trouve dispersées à Lyon, comme les vêtements anglais de sports de plein air, Barbour, Paul Smith, ou Belstaff, le label chéri des motards ou encore les mythiques « Red wind shoes » fabriquées dans le Minesota ; mais aussi des marques exclusives comme la ligne « Denim&Supply » très sportwear de Ralph Lauren, ou « Deus ex machina », une marque australienne spécialisée en préparation de motos et de surfs qui a lancé il y a deux ans une ligne de vêtements, connue pour l’heure de rares initiés.

Bien évidemment, on s’en doute, ce n’est pas un univers low cost. Les tarifs oscillent de 5 900 euros pour un canapé Chesterfield, de 500 à 7 000 euros pour les casques moto des « Ateliers Ruby », de 1 000 à 1 300 euros pour des vestes Belstaff ou des malles Artinmotion…

On aimera ou pas, on peut trouver ce magasin frime ou bling-bling, mais on en peut que trouver original, le concept hors code du traditionnel magasin de luxe. Pour preuve, même si tous n’achètent pas, les visiteurs aiguillonnés par la curiosité se succèdent depuis l’ouverture, et viennent même parfois de loin. L’avenir dira si ce « concept store », il est vrai très masculin, a tapé dans le mille ou s’il s’agit d’une fausse bonne idée.