Toute l’actualité Lyon Entreprises

Le célèbre chef Thierry Marx qui officie au Mandarin oriental veut ouvrir une vingtaine de boulangeries-sandwicheries à son nom d’ici à cinq ans.

Pour financer cet ambitieux programme, il s’appuie sur un nouveau fonds entièrement dédié à l’agroalimentaire : FrenchFood Capital.

L’objectif pour le chef étoilé est de faire se rencontrer la gastronomie dans le pain et le sandwich… Tout simplement pour Thierry Marx, la Boulangerie, c’est la fusion de la cuisine et de la boulangerie, avec l’objectif de créer une offre innovante de petite restauration boulangère.
 
 « Le pain est le premier ingrédient de la cuisine française. Il agrège un ensemble de savoir-faire et de valeurs de respect d’une terre, d’un patrimoine et d’une filière. J’ai voulu rendre la bonne cuisine accessible et nomade en la fusionnant avec le pain. Quoi de mieux que le sandwich ? Un bon sandwich c’est l’alliance de bons ingrédients soigneusement sélectionnés auprès d’artisans rigoureux, de recettes créatives et du pain de qualité », lance Thierry Marx…

 

Thierry Marx ne part pas de rien : il a expérimenté son modèle de boulangerie pendant un an et demi avec une boutique située 51 rue Laborde à Paris. Un succès.

 Les deux premières boutiques ouvriront au premier semestre 2018 à Paris, rue du Bac et dans un autre lieu en cours de négociation. Les autres suivront dans d’autres arrondissements de Paris, en région parisienne et dans les grandes métropoles : Lyon figure parmi les prévisions d’implantation.

Les boulangerie version Thierry Marx proposeront du  pain au levain bio, pétri la veille, « poussé pendant treize heures », qui se conserve longtemps. Il sera fait avec des blés écrasés sur des meules de pierre à l’ancienne, ce qui donne une saveur particulière au pain.

 Des pains spéciaux à l’épeautre, au sarrasin, au sésame et 100 % seigle seront également proposés.

 Thierry Marx se fait fort de trouver des variétés de blés spécifiques, bio et les meuniers qui lui fournissent des matières premières à la hauteur de ses exigences. Mais aussi des boulangers, ayant reçu la distinction de MOF (Meilleur Ouvrier de France).

 Les sandwiches, inspirés de son expérience au Japon, seront des « bread makis », rôtis sur une plaque Teppan, garnis de produits cuisinés selon ses recettes, roulés serrés, puis découpés en portions vendues de 5 à 8 euros.

 Tous les ingrédients seront fournis par  des artisans choisis par Thierry Marx pour leur savoir-faire.

 Etonnant pour un chef de restaurant étoilé de se lancer dans la boulangerie ? En fait, le secteur pèse 11 milliards d’euros en France et connaît une croissance annuelle de 3 %…