Toute l’actualité Lyon Entreprises

Trois hebdomadaires économiques rhônalpins dont « Les Affiches Lyonnaises » changent de mains

Un rachat qui rebat les cartes dans la presse économique rhônalpine. « Les Petites Affiches Lyonnaises », « Les Petites Affiches de la Loire » et « La Tribune de Vienne » viennent renforcer le pôle presse du Groupe Riccobono qui possède déjà le « Tout Lyon » et « l’Essor ». Ces trois hebdomadaires de proximité rhônalpins ont été rachetés le mardi 3 janvier au Groupe rémois Forumeco de Michel Guyomard par la société dirigée par Bernard Riccobono. Le nouvel acquéreur se donne six mois pour développer une stratégie : des synergies devraient être développées, mais les trois titres pourraient bien subsister.

La greffe n’aura pas pris. En janvier 2003, il y a donc neuf ans, un promoteur immobilier rémois, Michel Guyomard qui voulait se transformer en patron de presse, partait à la conquête de l’Hexagone.

Son objectif : constituer un des premiers groupes d’annonces légales et judiciaires hors de Paris. Le moyen ? Transformer ces journaux souvent riches d’une longue histoire et fort rentables, mais pauvres dans le domaine éditorial, en hebdomadaires d’information économique de proximité.

Déjà propriétaire des « Petites Affiches Matot-Braine » à Reims et du « Journal du Palais » à Dijon, Michel Guyomard mettait la main sur un des fleurons de ce secteur de presse en Rhône-Alpes : « Les Petites Affiches Lyonnaises » qui vendaient alors 8 000 exemplaires pour un résultat courant de 24 %. Dans la corbeille figuraient deux autres hebdomadaires locaux : « Les petites Affiches de la Loire » (4 000 exemplaires) et « La Tribune de Vienne » (2 000 exemplaires), tous deux repris aussi à leur propriétaire d’alors, le tycoon lyonnais Fernand Galula qui les avait lui-même rachetées une dizaine d’années plus tôt au quotidien Le Progrès.

A l’instar des autres titres existants, ces trois hebdos étaient transformés en journaux d’information économique de proximité dotés d’une caractéristique couleur saumon, la couleur de l’économie, pour bien les ancrer dans le registre qui leur était désormais dévolu.

Pressentant un créneau encore peu occupé dans une presse d’annonces légales quelque peu endormie, Michel Guyomard s’était donné pour objectif de mailler de tels hebdos dans les départements les plus économiquement développés de l’Hexagone. Il rachète ainsi la « Gazette du Midi » à Toulouse, puis crée ex-nihilo « La Gazette des Caraïbes », puis « La Tribune de l’Isère ».

Erreurs stratégiques, difficultés de management (« Les petites Affiches Lyonnaises » connaîtront cinq directeurs en neuf ans !), auxquelles s’ajoute la crise financière de 2008 : parti sur une belle lancée, le groupe de presse voit ses fortes ambitions s’effilocher au fil des années.

La vente au Groupe Riccobono des « Petites Affiches Lyonnaises », des « Petites Affiches de la Loire » et de « La Tribune de Vienne » (vingt-quatre salariés au total) qui vient d’intervenir marque la poursuite d’un repli déjà marqué par la fermeture de « La Tribune de l’Isère » et de la « Gazette des Caraïbes ». Par deux fois, la société holding du Groupe Forumeco doit être placée en « clause de sauvegarde », dont elle est sortie aujourd’hui.

De ce groupe qui a compté huit titres, il n’en reste plus que trois : « Les Petites Affiches Matot-Braine » à Reims, « La Gazette du Midi » à Toulouse et le « Journal du Palais » à Dijon. La forte ambition du départ s’est réduite comme une peau de chagrin.

Directeur général du « Tout Lyon », Alain Milliat se donne six mois pour définir l’avenir de ces trois hebdos qui viennent compléter son Groupe. « Comme nous l’avons déjà fait dans le passé lorsque nous avions racheté l’Essor au Progrès, il est probable que nous maintiendrons l’identité de ces trois hebdomadaires qui ont leur place sur le marché, tout en mettant bien sûr en place des synergies », assure-t-il. Et de préciser que les équipes actuellement en place devraient être maintenues.

Mais pourquoi donc le Groupe Riccobono s’est-il surchargé de trois nouveaux titres, alors qu’il en posséde déjà deux ? Il s’agit en fait, pour lui, à l’heure où la presse d’annonces légales entreprend une mutation vers la numérisation et doit faire face à une concurrence accrue, de ne laisser en aucune manière le champ libre à un éventuel nouvel entrant. Une manière de boucler le marché des annonces légales à double tour.

Illustration : Les trois titres « Les petites Affiches Lyonnaises », « Les petites Affiches de la Loire » et « La Tribune de l’Isère » qui viennent d’être cédés à Bernard Riccobono par le Groupe rémois Forumeco de Michel Guyomard.

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail