Toute l’actualité Lyon Entreprises

 Un nouveau siège Europe entre monde réel et virtuel pour le leader japonais des jeux vidéo Bandai Namco dans le quartier de Vaise à Lyon

Certes, le bâtiment lyonnais n’a pas l’amplitude du siège mondial qui s’envole dans le ciel de Tokyo ; mais avec ses 4 550 m²  et son architecture qui se veut atypique et adaptée au monde virtuel, le nouveau siège Europe basé sur la ZAC Europe du quartier de Vaise à Lyon, de Bandai Namco, géant japonais des jeux vidéo, devrait sortir du lot parmi les sièges sociaux des entreprises lyonnaises.

Ce bâtiment vient d’être livré par la promoteur immobilier lyonnais Cardinal à qui l’on doit de nombreux sièges d’entreprises plutôt décalés de la Confluence, dont d’ailleurs le sien…

“Ce bâtiment a été conçu comme un reflet de la culture, des valeurs et de l’activité de Bandai Namco Entertainment Europe”, décrit le promoteur.

170 salariés pour commencer, 300 à terme

Avec ses deux volumes qui se développent sur les voies perpendiculaires à la Saône, reliés par un hall transparent sur double hauteur, le nouveau siège de Bandai Namco Entertainment Europe accueillera dès juillet 2021 plus de 170 salariés ; mais à terme près de 300.

Ce nouveau siège d’une entreprise à Lyon entend être regardé “ comme un vaisseau-amiral, illustrant l’ambition du Japonais dans le cadre de son développement français et international.”

Ce qui se retrouve dans sa conception.

L’architecture, signée HGA-Hubert Godet Architectes, s’est donnée dès le départ pour objectif de reflèter l’esprit Bandai-Namco via une vêture de façades en cassette d’aluminium laqué à profondeur variable, faisant référence à l’activité, à l’image de la marque à travers la technologie, le jeu, la pixellisation.

Les façades extérieures accueillent six teintes, du blanc au gris foncé. Les prolongeant, l’intérieur propose des teintes claires, réfléchissantes et lumineuses.

Enfin, des loggias se décrochent dans la façade. Disséminées et situées à différents niveaux, elles ont pour objectif d’accentuer l’effet de pixellisation.

L’architecture intérieure a aussi pour objectif de refléter plus encore l’univers Bandai.

Son fil rouge : “ offrir à l’utilisateur deux mondes en apparence antinomiques : le monde réel VS le monde virtuel.”

“Dans le bâtiment, on passe ainsi d’un monde virtuel, qui reprend les codes du jeu vidéo où tout est possible, où tout est imaginable dans une bulle de protection contrôlée, à un univers plus apaisé, favorable à la concentration et la concrétisation des idées, qui lui emploie les codes de l’architecture japonaise et d’influence européenne, sensible, harmonieuse, calme et épurée”, explique l’architecte.

Se confrontent ainsi des open spaces de bureaux traités dans un esprit zen, avec des matériaux doux et naturels (bois, tissu, panneaux acoustique, transparence…), avec des salles de réunions traitées dans l’esprit du monde virtuel.

Certaines de ces salles reprennent même l’univers des jeux vidéo emblématiques de la marque.

Chacune est d’ailleurs décorée à l’image du jeu qu’elle représente (vitrophanie, luminaires sur mesure, matériaux comme la tôle laquée, l’acier…).

Gaming-rooms

Enfin, le bâtiment est aussi ponctué de gaming rooms, véritable outil de travail au quotidien pour les créateurs de jeux vidéos.

On trouve enfin au rez-de-chaussée un espace événementiel qui veut aussi jouer sur cette dualité virtuel/réel ; il comprend en particulier un auditorium de 200 places et sept salles de réunion.

Salle de sport, espaces café et de repos…

S’y ajoutent au sein de ce bâtiment : une salle de sport, des espaces café à chaque étage, des salles de repos et une cafétéria multi-facettes, avec une cuisine ouverte comme un ilot, mais pouvant devenir dans la journée, une sorte de lieu de travail individuel ou de coworking.

Située dans le prolongement de la terrasse à ciel ouvert, elle se poursuit avec une nouvelle gaming room de 45 m².

Et bien évidemment le jardin qui prolonge le bâtiment est d’inspiration zen…

Pour compléter cette description, ce bâtiment qui offre aussi 101 places de parking a été certifié Breeam (Niveau excellent) et explique le promoteur “a été pensé pour offrir une possibilité de seconde vie ».

Indispensable pour une société de jeux vidéo, il a été aussi certifié wiredscore (niveau Gold), un label international consacrant la connectivité des immeubles.

Livrer un tel bâtiment après la période particulière que nous venons de vivre a aussi un sens pour Stéphane Rubi, le directeur général délégué de Cardinal Promotion « Cette ambitieuse réalisation nous a confortés dans l’idée que nous mettons en œuvre depuis des années : celle de la nécessité d’inventer une nouvelle façon de vivre au travail, pensée pour le bien-être de l’utilisateur.”

Et ce dernier d’ajouter : “ Avec ce projet, nous réaffirmons le rôle majeur que joue l’immobilier dans une entreprise, nous démontrons que bien pensés, en phase avec les nouvelles attentes des collaborateurs, les bureaux sont source de dynamisme, de créativité et de fidélisation des équipes.” Fermez le ban !

 

 

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail