Toute l’actualité Lyon Entreprises

L’industrie française du vélo est constituée de plusieurs niches. Des niches de différentes tailles. Basée près de Clermont-Ferrand, à Beaumont (Puy de Dôme), « Victoire » est, pour le moment, d’une taille lilliputienne. Fondée par un passionné, Julien Leyreloup, 35 ans, s’est lancé en 2011 dans cette aventure artisanale faisant penser à l’échappée solitaire d’un baroudeur. Une TPE qui tient plus de l’atelier dont les six salariés ont fabriqué en 2018 une soixantaine de vélos  (59 pour être précis).

Une si petite production garantit-elle la rentabilité? Et bien oui. Car il s’agit de vélos sur-mesure, des vélos baptisés « Véloce ». Ils sont « incriticables » assure Richard Jamin, rédacteur en chef de la revue « L’Acheteur Cycliste » qui fait autorité dans le milieu. Ces vélos ont pourtant un prix moyen qui s’élève à 10 000€. Un budget qui ne rebute manifestement pas les sujets passionnés de la « petite reine ». Le temps d’attente après commande est de 12 à 18 mois pour enfourcher ce bel objet. 

Il sort assurément des sentiers battus. En effet, dans l’univers du vélo de route où le carbone règne en maître, Julien Leyreloup a délibérément effectué un retour en arrière en privilégiant des cadres en acier. Pas pour faire rétro, mais parce que l’acier, moins rigide, est plus confortable, estime J. Leyreloup. 

D’autre part, pour être rentable, un cadre en carbone suppose la fabrication d’un moule très onéreux donc impossible à amortir sur des petites séries. Autre raison expliquant ce choix de l’acier: Victoire veut se donner une image respectueuse de l’environnement grâce à l’acier beaucoup plus recyclable que le carbone.

Autre caractéristique retenue par Victoire: privilégier les composants français et européens. D’où, par exemple, le choix d’équiper ses vélos de « groupes » (dans le jargon, il s’agit de l’ensemble pédalier, dérailleur, freins) fabriqués par l’italien Campagnolo plutôt que par le géant japonais Shimano.

Les prix et les délais d’attente des Véloce ne conviennent pas forcément à toute la clientèle potentielle. Pour répondre à d’autres attentes en temps et en budget, Victoire a créé une autre marque, « Distance » où l’on trouve non pas du sur-mesure mais du « prêt à rouler » dont les six modèles (pour la route, le VTT et le « gravel ») seront relativement moins chers (de 4 à 6 000 euros). Victoire prévoit d’en fabriquer soixante exemplaires en 2019.

Pierrick Eberhard