Toute l’actualité Lyon Entreprises

Gérard Collomb s’allie à la Droite dans un accord très décrié : et si le 3ème homme était David Kimelfeld ?

Les derniers rebondissements de la campagne électorale laissent augurer d’une bataille à trois pour le 2ème tour du 28 juin. Les Verts qui ont été les grands vainqueurs du 1er tour du 15 mars semblent bien partis pour s’allier avec la Gauche. A la surprise générale et non sans remous au sein même de son propre camp, Gérard Collomb a passé un accord qui reste encore mystérieux avec la Droite. Seul pour l’heure, David Kimelfeld, l’actuel président de la Métropole, reste en dehors de ces alliances. Pour s’imposer lors du 3ème tour si les coalitions Verts/Gauche et Collomb/Droite s’annihilent, ce qui n’est pas exclu.

“ Une manœuvre politique indigne !” ou “La pire image qu’un homme politique puisse donner”…

Ces deux phrases ne sont pas l’œuvre d’opposants systématiques à Gérard Collomb à qui elles s’adressent cruellement.

La première provient de ses adjoints actuels à la mairie de Lyon ; elles émanent de compagnons de route du maire de Lyon pendant 19 ans : Dounia Besson (déléguée à l’Economie sociale et solidaire), Gérard Claisse (ressources humaines et à l’économie sociale), Nicole Gay (patrimoine immobilier) ; et Thérèse Rabatel (égalité hommes/femmes) qui ont décidé de claquer la porte de la mairie.

La seconde émane de Georges Képénékian lui aussi long compagnon de route de Gérard Collomb qui l’a remplacé dans son fauteuil de premier magistrat lyonnais pendant sa paranthèse de ministère de l’Intérieur.

C’est peu de dire que l’accord que Gérard Collomb a passé avec François-Noël Buffet, le candidat de la Droite à la Métropole dans lequel Laurent Wauquiez a joué semble-t-il un rôle important, a suscité de profonds remous à l’intérieur et à l’extérieur même de son camp.

Cet accord qui donne une impression crépusculaire à cette fin de règne de Gérard Collomb, arrivé 4ème au 1er tour, reste encore flou et relativement incompréhensible (rien sur son futur rôle), sinon qu’il s’agit une alliance destiné à faire barrage coûte que coûte à l’arrivée à la tête de la mairie de Lyon d’une coalition entre la gauche et les Verts d’EELV.

Gérard Collomb a ainsi annoncé jeudi 28 mai cette alliance qui le voit s’effacer derrière le candidat LR à la Métropole, François-Noël Buffet.

Yann Cucherat, unique candidat de la nouvelle alliance

. “J’ai proposé dès notre première rencontre que François-Noël Buffet soit candidat à la Métropole de Lyon”, a indiqué Gérard Collomb.

Et d’expliquer : “Aujourd’hui, nous voulons une union pour affronter la crise et permettre la reconstruction de Lyon – union dont nous espérons qu’elle s’élargira dans les jours qui viennent”.

Concrètement, Gérard Collomb s’efface et laisse la place au candidat LR ; tandis qu’à Lyon, c’est Etienne Blanc (LR, proche de Laurent Wauquiez) qui s’efface et Yann Cucherat, le dauphin, qui devient l’unique candidat de la nouvelle alliance.

Première et forte conséquence politique : Stanislas Guérini, le président de La République en Marche se désolidarise immédiatement du candidat qu’il avait investi et retire l’investiture au candidat LREM à Lyon, Yann Cucherat.

“En choisissant de s’allier avec Les Républicains avec la bénédiction de Laurent Wauquiez plutôt que d’œuvrer au rassemblement de notre famille politique, Gérard Collomb franchit une ligne rouge : je ne peux cautionner un tel accord ”, fustige le patron de LREM. “

Et d’ajouter: “Je prends acte du retrait de Gérard Collomb et demande à la Commission nationale d’investiture de se réunir le plus rapidement possible afin que soit examinée la désinvestiture de Yann Cucherat à Lyon”.

LREM va-t-elle franchir le Rubicon en donnant son investiture au dissident Kimelfeld, par ailleurs soutenu depuis le début par plusieurs députés LREM, ce qui constituerait un beau retournement de situation ?

Encore des inconnues

Face cette coalition Droite/Collomb et celle qui est en train de s’ébaucher sous la forme d’une liste d’union de la gauche, portée par les Ecologistes, avec les listes de la Gauche unie (PS et alliés) et de Nathalie Perrin-Gilbert (soutenue notamment par LFI), que trouve-t-on ? David Kimelfeld, actuel président de la Métropole qui a refusé de s’engager, lui, dans une coalition quelconque, va-t-il jouer le 3ème homme et remporter le 3ème tour…

En l’occurrence l’élection du président de la Métropole par le conseil métropolitain, au lendemain du 2ème tour.

Les deux coalitions Droite/Collomb et Verts/Gauche pourraient s’annihiler, lui permettant de tirer les marrons du feu, d’autant que ses relations sont bonnes avec les Verts.

Reste que de nombreuses inconnues planent encore sur ce scrutin du 2ème tour du 28 juin.

Quel sera la réaction des électeurs à cette alliance Droite/Collomb qui ressemble au mariage de la carpe et du lapin ?

On a beaucoup vu et entendu l’actuel président de la Métropole, David Kimelfeld pendant la période du confinement et du déconfinement, sur le front des masques, de l’aide d’urgence aux entreprises, du plan de relance à l’économie, etc. ; ce qui a probablement renforcé, à la fois sa stature de président de la Métropole et sa notoriété.

Au point d’en faire le futur président de la Métropole, là où se situe le vrai pouvoir à Lyon ?

 

 

Centre de préférences de confidentialité