Toute l’actualité Lyon Entreprises

L’Etat va financer le projet de téléphérique lyonnais si controversé

Cela peut surprendre au premier abord. En dévoilant les villes lauréates d’un appel à projets national auprès des collectivités pour financer des projets de transports collectif, on est étonné de voir une ligne concernant le projet très controversé de téléphérique qui doit mener des cabines bien au-dessus de sol, de Gerland à Francheville, via Sainte-Foy-lès-Lyon.

Ainsi, mercredi 6 octobre, Jean Castex, 1er ministre a annoncé le financement par l’Etat à hauteur de 7,01 millions d’euros dudit téléphérique lyonnais.

En y mettant toutefois une condition : que les travaux démarrent avant 2025.

En y regardant de plus près, on constate que cet accompagnement financier, même s’il constitue une sorte de blanc seing au projet et a donc de la sorte adoubé d’une certaine manière le projet, il s’agit en fait d’une goutte d’eau.

A minima, même si un téléphérique coûte beaucoup moins cher qu’un tramway, voire a fortiori qu’un métro, il est, sur le papier, plus facile à construire : les premières estimations portent sur un investissement de “seulement” 120 millions d’euros, mais sans doute un peu plus.

81 millions d’euros

Si l’on élargit la focale, on constate que l’ensemble des financements mis bout à bout dans le cadre de cet appel à projet pour les transports en commun lyonnais s’établissent à 81 millions d’euros.

Ainsi, sur les huit dossiers présentés à Matignon par le Sytral que préside Bruno Bernard, le président de la Métropole lyonnaise, sept ont été retenus.

Et on trouve, parmi les principaux projets, non pas la ligne T8 (Bellecour/La Part-Dieu) qui n’est pas sortie des cartons car retoquée par le gouvernement. Il est vrai que tant la Métropole que le Sytral ont expliqué vouloir se donner un peu plus de temps sur ce projet…

Mais la future ligne de tramway T9 entre Vaulx-en-Velin et Villeurbanne y figure bien : elle sera financée à hauteur de 33,8 millions d’euros sur un total de 224 millions prévus par le Sytral.

Près de 17 millions d’euros sont dévolus au prolongement du T6 des Hôpitaux Est au campus de la Doua, sur une enveloppe de 140 millions d’euros.

Enfin le gouvernement donnera 15,8 millions d’euros pour le futur tramway T10 qui reliera Vénissieux, Saint-Fons et Gerland, dont le tracé n’est pas encore complètement défini, la concertation se terminant le 23 octobre. Le coût est là, évalué aux alentours de 200 millions d’euros.

Enfin, le reste de l’enveloppe ira aux bus des TCL. Avec 2,84 millions d’euros dédiés à la création de lignes de Bus à haut niveau de service entre Lyon-Part Dieu et Sept Chemins (Vaulx-en-Velin) mais aussi Genas-Saint-Exupéry.

Il faut enfin y rajouter 1,94 million d’euros pour améliorer les lignes de bus fléchées par le Sytral.

In fine, plutôt marginale

Même si à l’échelle des lourds investissements projetés dans les transports publics sur l’ensemble du mandat, soit 2,5 milliards d’euros, cette somme de 81 millions d’euros au global apparaît finalement marginale, elle constitue une forme d’appui pour l’exécutif lyonnais à sa politique de développement des transports publics.

D’où la réaction plutôt positive de Bruno Bernard, le président de la Métropole et du Sytral qui a expliqué après cette annonce gouvernementale “se réjouir de voir que la quasi-totalité de nos projets soient soutenus par le gouvernement. C’est une très bonne nouvelle pour les habitants de la métropole. Nous  espérons  que  cet  accompagnement  se poursuivra dans les années à venir pour répondre aux enjeux de mobilité de notre territoire et faire face aux défis climatiques.”

Assurément un encouragement à faire s’élever dans le ciel le téléphérique, le plus rapidement possible.

D’autant que le gouvernement y a rajouté une date butoir incitative…

Photo (DR)-Esquisse du futur téléphérique Gerland/Francheville, via Saint-Foy-lès-Lyon.