Toute l’actualité Lyon Entreprises

Des palmarès mesurant les métropoles françaises, il en tombe presque un par jour.

L’un d’entre eux, croisant pour une fois des données liées aux offres d’emploi et celles émanant des statistiques immobilières, a pourtant fait son petit effet.

Ce palmarès dont deux sites Web sont à l’origine, l’un consacré à l’emploi (Jobijoba) et l’autre à l’immobilier (Meilleurtaux.com) a, à la surprise générale hissé Lille en tête des vingt plus grandes métropoles hexagonales !

Et s’il a connu un tel impact, c’est qu’il est pertinent en considérant que l’attractivité d’une métropole est à la fois liée à la facilité d’y trouver un emploi, mais aussi un logement de qualité, spacieux et pas trop cher. Ce qui paraît évident.

La Ville de Martine Aubry grande gagnante

A ce petit jeu, la ville de Martine Aubry est la grande gagnante, devant Grenoble qui remporte brillamment la deuxième place, pour une fois devant Lyon, 4ème ; la voisine bourguignonne, Dijon s’affichant à la troisième place.

Enfin la ville d’Alain Juppé, Bordeaux que l’on trouve de plus en plus souvent en concurrence avec Lyon dans ce type de palmarès se retrouve pour une fois très loin derrière à la onzième place, car pénalisée par un pouvoir d’achat immobilier en dégringolade, mais aussi par des salaires très modérés.

Lille truste la 1re place “grâce à une performance solide en matière d’emploi. La capitale des Hauts-de-France affiche en effet 12,3 offres de CDI pour 100 habitants, ce qui la place en seconde position au niveau national.”

Mais Grenoble s’installe à la deuxième place du podium grâce notamment “au dynamisme de son marché de l’emploi qui se positionne au 3ème rang en France avec 10,5 offres en CDI pour 100 habitants” mais aussi à son pouvoir d’achat immobilier important.

Des freins immobiliers

L’un des freins mis en avant dans ce palmarès à l’égard de Lyon, ville la plus dynamique de France en matière d’emploi (avec 13,5 offres de CDI pour 100 habitants) : il est essentiellement immobilier avec un prix au m2 élevé et un nombre de m2 accessibles relativement faibles (40 861)

Si Lyon n’est que 4ème à ce palmarès, ce qui n’est pas déshonorant, la Ville peut en revanche s’enorgueillir de prendre la tête d’un autre classement entre métropoles, celui d’Arthur Llyod.

Lyon en tête d’un autre palmarès

Le baromètre 2017 du cabinet en immobilier d’entreprise place cette fois Lyon en tête des grandes Métropoles françaises.

Là, l’étude n’a pas pris en compte que deux critères, mais très précisément vingt au total avec pour objectif de mesurer l’attractivité et le dynamisme économique des aires urbaines en France.

Et à cette aune, la capitale des Gaules l’emporte largement devant Toulouse et Bordeaux.

Ce résultat est dû à la capacité d’accueil pour les entreprises. Hormis le quartier d’affaires de la Part-Dieu actuellement sous tension du fait d’un taux de vacance très faible, il est facile de trouver bureaux et locaux d’activité à Lyon. La santé des marchés tertiaires est également soulignée.

Lyon termine 2ème pour les performances économiques et la connectivité, mais aussi pour le capital humain et le potentiel de croissance.

En revanche ce palmarès pointe du doigt un point relativement faible : la qualité de vie où Lyon ne se situe qu’au cinquième rang…

Lyon, 4ème pour l’un, 1er pour l’autre ; Grenoble, 2ème pour l’un ; et enfin Clermont-Ferrand, 1er au classement national des Métropoles intermédiaires à ce même classement Arthur Llyod  : l’on retrouve là une des richesses de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en l’occurrence, sa capacité à bénéficier sur son territoire de plusieurs métropoles de poids. Et plutôt performantes…