Toute l’actualité Lyon Entreprises

Ils ne veulent pas en entendre parler. La réunion a été boycottée par Laurent Wauquiez, le président de la Région, Gaël Perdriaux, le président de la Métropole stéphanoise et Georges Ziegler, le président du Département de la Loire, tous les trois, par ailleurs, membres de LR.

Mais la réunion a bien eu lieu et elle marque très probablement un futur abandon du projet d’Autoroute A 45 au profit d’un aménagement de l’actuelle A 47 entre Saint-Etienne et Lyon.

En tout cas, « à court et moyen terme », Stéphane Bouillon, le préfet de région propose d’améliorer l’existant sans attendre une hypothétique A 45 qui pourrait être renvoyée aux calendes grecques. On en saura plus le 20 juillet prochain, lorsque le Parlement à la faveur de la loi d’orientation des mobilités (loi LOM) se prononcera sur l’A 45.

« Ceux qui sont au gouvernement se moquent de nous… »

En boycottant, les trois élus prennent date. «Ceux qui sont actuellement au gouvernement se moquent de nous car il n’y a pas d’alternative à l’A45, tout le monde le sait. Moi je propose à Emmanuel Macron qu’il vienne faire un trajet le matin, à 7 heures, et qu’il voit ce qu’est l’enfer de ceux qui vont travailler et qui sont bloqués dans les embouteillages», a justifié Laurent Wauquiez, vendredi dernier, à Saint-Etienne.

Fin 2017, le Conseil d’orientation des infrastructures (COI), présidé par l’ancien député socialiste Philippe Duron, avait remis un rapport sur les infrastructures qui conseillait, au sujet du projet d’A45, d’attendre les conclusions d’un grand débat sur les transports dans la région lyonnaise en 2019, et d’étudier ensuite une alternative «acceptable par tous».

La voici donc cette alternative.

Sans attendre, Stéphane Bouillon a ainsi lancé des études pour une amélioration de la liaison ferroviaire TER Lyon/Saint-Etienne, « dans une dimension intermodale et d’accès aux gares : dessertes en transport en commun, parkings, etc. »

Il veut aussi améliorer l’autoroute, là où ça coince le plus : dans le secteur de Givors-Ternay, bref, la traversée à la fois de Givors et du Rhône : un nouveau pont sur le Rhône pourrait peut-être voir le jour, une pure hypothèse pour l’instant.

Mais il s’attaque aussi à un tabou car il pense aussi que l’A 47 peut être « réaménagée », de même que « d’autres itinéraires » ?

Le plateau de Mornant figure ainsi dans la liste des études lancées : une sorte d’itinéraire bis.

Les résultats de ces études seront donnés à l’automne. Si effectivement le Parlement dit « niet » à l’A 45, le trio Wauquiez/Perdriaux/Ziegler persistera-t-il sur sa ligne du refus ?

Une interrogation supplémentaire dans un dossier qui en compte déjà beaucoup…

Un sacré paradoxe

Si effectivement, comme tout le laisse penser l’A 45 est abandonnée, ce serai un sacré paradoxe car depuis quelques jours, le terrain judiciaire pour sa construction est désormais totalement libre ! Le tribunal administratif de Lyon vient en effet d’examiner plusieurs recours déposés par des associations, des communes ou des élus, concernant des délibérations de Saint-Étienne Métropole, du département de la Loire et de la Région. .

Le jugement vient d’être rendu. Les préconisations du rapporteur public, en l’occurrence, le rejet des requêtes, ont été suivies, puisqu’elles ont toutes été rejetées.

Elles avaient été notamment déposées par la commune de La Talaudière et l’Association Alternatives au contournement autoroutier de Lyon (ALCALY). Elles demandaient l’annulation des délibérations de Saint-Etienne Métropole dans lesquelles la collectivité réaffirmait la nécessité de voir se réaliser l’autoroute A45 et confirmait sa participation financière.

Une victoire des anti-A45 par KO technique.. ?