Toute l’actualité Lyon Entreprises

Elections à la Métropole de Lyon, la situation se corse : le référent des « Jeunes avec Macron » suspendu !

On lui reproche de soutenir David Kimelfeld, alors que c’est Gérard Collomb qui a été officiellement investi par la La République en Marche.

On est bien parti à Lyon pour assister, comme à Paris, à une guerre fratricide, entre candidats se référant au parti macroniste.

Emmanuel Macron ne pouvait sans doute pas faire autrement qu’adouber son tout premier soutien, Gérard Collomb comme candidat officiel de la République en Marche pour la deuxième métropole française, celle de Lyon.

Mais c’était aussi faire fi des dégâts collatéraux.

Comme il l’a montré devant un millier de soutiens en meeting, mercredi 16 octobre, David Kimelfeld n’entend pas céder d’un pouce. Même sans investiture, il partira à l’assaut de l’agglomération.

Et le problème pour Gérard Collomb, c’est qu’il a de solides soutiens, présents ce soir là autour de lui ; mais aussi « les Jeunes avec Macron » !

Ce qui a provoqué une deuxième onde de choc.

«  Les jeunes avec Macron » eux, ont ainsi annoncé mardi 14 octobre soutenir David Kimelfeld, l’actuel président de la Métropole.

Pour le référent du mouvement dans le Rhône, Augustin Michaëly : « David Kimelfeld est celui qui parle et écoute la jeunesse, qui défend le projet pour lequel nous nous sommes engagés aux JAM, il est naturel que nous le soutenions ». 

Et ils ne ménagent pas Gérard Collomb.

Pour le bureau des JAM du Rhône, soit une quarantaine de jeunes, “Réactionnaire sur les questions de société (immigration, PMA, mariage pour tous…), en retard sur les questions environnementales et s’appuyant sur une vision de l’économie datée, s’entourant de tous ceux qui attaquent frontalement le projet que nous défendons depuis la grande marche, Gérard Collomb n’est plus en phase avec les attentes des jeunes et représente une forme de baronnie locale de l’ancien monde dont les Jeunes Lyonnaises et les Jeunes Lyonnais ne veulent plus.” 

Mais de préciser aussitôt que, “Les Jeunes avec Macron sont et seront toujours avec Macron. C’est dans le titre. Les mots ont une importance et nous voulons le croire. Cependant, nous regrettons profondément cette décision qui va à l’encontre des valeurs que nous défendons et du renouvellement que notre mouvement porte depuis sa création. “

Le retour de bâton n’a pas tardé à se faire sentir. Augustin Michaëly, le référent Rhône du mouvement a été immédiatement suspendu de ses fonctions à titre conservatoire. Et ce, trois semaines après sa nomination !

Il devra répondre de son manque de loyauté devant la commission des conflits du parti.

La guéguerre interne s’annonce chaude, ce qui a amené Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes à ironiser lors d’une conférence de presse jeudi matin, appelant presque au « cessez-le-feu » : « Qui m’aurait dit il y a deux ans que je devrai endosser le rôle de casque bleu à la Métropole ! »