Toute l’actualité Lyon Entreprises

Il succède à Michel Chapoutier : un nouveau patron à la tête des Côtes-du-Rhône, Philippe Pellaton

Il succède à Michel Chapoutier. Jeudi 5 novembre 2020, l’assemblée générale d’Inter Rhône qui regroupe les viticulteurs et les négociants des Côtes-du-Rhône a élu son nouveau président : Philippe Pellaton, 51 ans.

Viticulteur gardois sur un domaine de 35 ha bien engagé dans le bio et les vins de haute valeur environnementale (VHE), le nouveau patron des Côtes-du-Rhône est bien emblématique de la nouvelle génération de vignerons qui entend faire bouger les choses.

Viticulteur depuis vingt-cinq ans, il s’est installé en 1995 sur le domaine de son grand-père, dans le Gard.

Il n’a pas en effet été tout-de-suite viticulteur.

Après ses études à l’Isara à Lyon/Gerland dont il sort avec un dipôme d’ingénieur, avec une spécialisation communicaiton et marketing ; il effectue un premier stage au sein de la fromagerie Guilloteau, à Pélussin dans la Loire (Pavé d’Affinois).

Il a ensuite été responsable communication d’un laboratoire vétérinaire.

Plongeant in fine dans la viticulture, il s’est déjà installé sur 8 hectares à Laudun dans le Gard, avant de développer son domaine qui s’étend désormais sur 35 hectares. Il a développé une gamme de vins blancs en bio, l’ensemble du domaine étant classé HVE (Haute Valeur Environnementale), une dénomination spécifiquement française.

Parallèlement il a développé une grande activité syndicale et coopérative en prenant la présidence dela cave du Village de Laudun en 2003 qui par rapprochements successifs avec d’autres coopératives a pris beaucoup d’ampleur en devenant “Maison Sinnae”.

Il est également membre de la commission nationale de l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine).

Il est aussi président des AOC du Sud-Est et des syndicats des Côtes-du-Rhône, deux fonctions qu’il va abandonner pour se consacrer à son nouveau rôle de patron des Côtes-du-Rhône.

Une fonction qu’il prend à un moment où tous les vignobles français sont en crise. Une crise reconnaît-il cependant moins grave pour les côtes-du-rhône, même si l’export a plongé de 16 % avec les Etats-Unis du fait des taxes Trump et de 46 % vers la Chine, “ globalement, les volumes commercialisés sont en retrait de 6 % et sont relativement contenus.”.

Pourtant, selon lui, les stocks chez les viticulteurs restent à un niveau acceptable (un an environ), ce qui contrairement par exemple au vignoble Bordelais a évité une baisse des prix. Un résultat qu’il attribue également à la montée en gamme du vignoble des Côtes-du-Rhône qu’il entend diversifier vers plus de vins blancs et rosés.

Reste désormais à savoir quand ? Mais Philippe Pellation pourrait bien aussi être le président de sortie de crise…

Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail