Toute l’actualité Lyon Entreprises

VIP

«Aucune vue, aucun site, si varié, si pittoresque, si grandiose qu’il fut, n’a pu me faire oublier mon petit vallon de Bourgogne». Cette phrase écrite par Alexandre Dumas au sujet d’un vallon situé dans les Hautes Côtes de Beaune, évoque la beauté et la diversité des paysages rencontrés sur ce secteur méconnu de la Bourgogne.

Surplombant la Côte de Beaune par l’ouest, les Hautes Côtes s’étendent sur une trentaine de kilomètres de longueur et une dizaine de largeur, avec 4 zones différentes : une première au nord en retrait de la forêt de Corton, une seconde au dessus de Pommard, une autre derrière le vignoble de Saint Romain, et la dernière dans le prolongement des Maranges.

Les vignes sont plantées sur les versants les mieux exposés à une altitude allant de 280 à 450 mètres, avec parfois des pentes marquées.

Le terroir est de type argilo calcaire, avec dans la partie sud des formations marneuses.

Née officiellement en 1961, l’appellation « Bourgogne Hautes Côtes de Beaune » fait partie du premier niveau (appellation régionale) dans la classification des vins de Bourgogne, ou elle a su trouver sa place.

La superficie en production est aujourd’hui de l’ordre de 800 hectares avec une grosse dominante de vins rouges (un peu plus de 80%), puis des blancs, et un petit peu de rosés

Les cépages autorisés sont, comme partout en Bourgogne, le Pinot Noir pour les rouges, et le Chardonnay pour les blancs, avec exceptionnellement du Pinot blanc.

Les vins rouges sont frais et charmeurs avec des notes de griotte, de framboise, et souvent une touche épicée.
Parfois un peu fermes dans leur jeunesse, ils évoluent favorablement sur quelques années, mais ne sont pas des vins de longue garde.

Servis à une température de 16° C, Ils s’associent se manière classique, avec des viandes roties, un petit salé, ou des fromages de Bourgogne ; mais font également, de par leur fraicheur, un accord intéressant avec la cuisine asiatique (un poulet façon thai par exemple).

Servis une peu plus frais, ils peuvent également accompagner un poisson.

Les vins blancs sont des Chardonnay qui jouent plus sur le registre de la fraicheur et de l’élégance que de l’opulence. Leur nez est généralement dominé par des notes de fleurs blanches.
Servis entre 10 et 12° C ils accompagneront avec bonheur, des escargots de Bourgogne, un poisson poché, ou des fromages de chèvre.

Si les terroirs des Hautes Côtes n’ont pas la qualité de ceux des villages de la Côte, l’altitude, les expositions et surtout le travail accompli ces dernières années permettent de produire de jolis bourgognes équilibrés, plein de fruit, d’une belle buvabilité, dont les prix ont su rester sages.

Alain Launay, Oenologue
www.vinextenso.com