Danielle Chuzeville, première présidente du nouveau Rhône

Dominique Largeron

L'ancienne présidente du Département retrouve son siège, mais cette fois à la tête d'un département beaucoup plus réduit depuis la création de la Métropole lyonnaise. Et ce, pour quelques mois seulement car elle ne se représentera pas à l'issue des élections de mars.

  Danielle Chuzeville, première présidente du nouveau RhôneDanielle Chuzeville (photo DR)

Danielle Chuzeville (UDI), 69 ans, proviseure de lysée à la retraite et conseillère générale du canton d’Amplepuis, a été réélue présidente du Conseil général du Rhône le mardi 6 janvier 2015, suite à la première séance publique du nouveau Département du Rhône.

Suite à la création de la Métropole, elle a été élue par un nombre beaucoup moins important de conseillers généraux : par 18 voix sur 23 suffrages exprimés (5 votes blanc). Et pour cause puisque la population du département passe de 1,78 million à 440 000 habitants.

Le nouveau Rhône a également désigné six nouveaux vice-présidents. Du 1er au 6ème, il s’agit de Michel Mercier, Daniel Pomeret, Bernard Fialaire, Michel Thien, Charles Bréchard et Frédéric Miguet.

 De son côté, Jean-Jacques Pignard, l'ancien maire de Villefranche, devient vice-président délégué auprès de la Présidente.

 Ce dernier souhaitait que le nouveau Rhône s'installe dans sa nouvelle capitale, Villefranche, désormais la commune la plus importante de son nouveau territoire.

 Pas question pour la nouvelle présidente qui a annoncé également qu'elle ne se représentera pas lors du prochain scrutin départemental, les 22 et 29 mars prochain.

 « Ce ne serait pas logique, explique-t-elle. Je pense que nous devons rester à Lyon car c'est là que se trouvent les infrastructures de l'Etat. Mais ce sera à la prochaine assemblée de décider... »

Le nouveau Rhône conserve une direction du développement économique

 Sur la plan économique, la présidente de l'assemblée départementale nouvelle manière estime que « le nouveau département a un vrai potentiel de développement. Il est situé au cœur d'un territoire où se développent de nombreuses zones industrielles dynamiques : à Brignais, Tarare, l'Arbresle... »

 Le Département va conserver une direction du développement économique et travailler en partenariat avec l'Aderly.

A noter également que l'un des équipements les plus structurants, l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry reste dans les frontières du nouveau Rhône. Lorsqu'il était président, Michel Mercier, lors des négociations avec Gérard Collomb, alors président du Grand Lyon, s'était opposé à son transfert.

 De plus, précise-t-elle, «  selon les dernières statistiques de l'Insee, il y a moins de chômage et plus de diplômés dans le nouveau Département ».

 Le nouveau Rhône conserve en outre 1 700 de ses 4 800 agents. Ces 1 700 agents sont répartis à hauteur de 1 200 dans les trente-cinq collèges du Département ou les Maisons du Rhône, les 500 restants étant rassemblés dans les services centraux.

Publiée le 12 janv. 2015 par LARGERON Dominique.
Figure dans les rubriques
Carnet dirigeants

Ajouter un commentaire

Il sera relu par un responsable qui décidera ou non de sa mise en ligne.



HAUT