Nicolas Le Bec : Shanghai express

Le chef lyonnais deux fois étoilé quitte Lyon pour s'installer dans la capitale économique de la Chine. Après avoir fermé sa brasserie de l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry, il pourrait bien faire de même avec le "Rue Le Bec" de la Confluence à Lyon.

Nicolas Le Bec : Shanghai express

La nouvelle a fait le tour des fourneaux en quelques heures : Nicolas Le Bec quitte Lyon pour Shanghai. C'est notre confrère « Les potins d'Angèle » qui a sorti le scoop, confirmé par Gérard Collomb, maire de Lyon qui était dans la confidence.

 A vrai dire, l'information n'est pas une totale surprise. Déjà, à la stupéfaction générale et du jour au lendemain, Nicolas Le Bec avait fermé en septembre dernier sa brasserie « Le Bec & Florian » haut de gamme de l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry, laissant son personnel désemparé. Elle a été reprise, depuis par le groupe SSP à l'enseigne « L'Atelier des 2 Rives ».

 On savait aussi que l'immense vaisseau de 2 000 m2 (plus 800 m2 de terrasses) qu'il avait ouvert dans le nouveau quartier de la Confluence à Lyon, « Rue Le Bec » connaissait quelques difficultés. Déjà, des repreneurs seraient sur les rangs. Nicolas Le Bec qui était accompagné de financiers pour ouvrir cet établissement n'est pas propriétaire des murs, ce qui devrait faciliter la transition.

Nicolas Le Bec qui est actuellement à Shanghai, il est par ailleurs marié à une Chinoise, veut installer le même concept que la rue Le Bec dans la capitale économique de la Chine. Comme à Lyon, il n'a guère eu de mal à trouver des financiers.

Si Nicolas Le Bec est un piètre manager, il reste un grand cuisinier : son aura de chef deux fois étoilé lui a ouvert et continue à lui ouvrir nombre de portes.

Gamin de banlieue en région parisienne, plutôt du genre cancre, celui qui fut pendant de nombreuses années le trublion de la cuisine lyonnaise trouvera très jeune sa voie derrière les fourneaux. Via d'abord, de 13 à 16 ans l'Ecole hôtelière, puis à travers une suractivité professionnelle qui lui fera côtoyer Alain Passart, Jean-Pierre Vigato, les frères Pourcel avant de se retrouver à vingt-sept ans derrière les fourneaux de la Cour des Loges, l'hôtel-restaurant emblématique quatre étoiles luxe installé dans l'écrin Renaissance du Vieux Lyon.

C'est là où débute son ascension : il est désigné chef français de l'année en 2002 par Gault & Millau.

 Il quitte la Cour des Loges pour ouvrir son restaurant en Presqu'ïle et obtient rapidement deux étoiles au Guide Michelin. Après cet épisode gastronomique réussi, il prend plaisir à troquer la gastronomie pour découvrir avec gourmandise de nouveaux concepts, devenant capitaine d'entreprise. Et c'est là que ça commence à se gâter...

 Gageons qu'il saura rebondir en Chine, comme il a toujours su le faire jusqu'à présent.

 Photo (Michel Godet) : Nicolas le Bec (à droite) lors de la réception des mains de Jean-Christophe Larose (Groupe Cardinal) du prix de l'Entrepreneur de l'année 2010 sur la scène du Double Mixte à Villeurbanne lors de la Fête de l'Entreprise.

Publiée le 23 juin 2012 par LARGERON Dominique. Mis à jour le 24 juin 2012
Figure dans les rubriques
Carnet dirigeants
Restonews
Chine
International


HAUT